Le mécénat de compétences : Quand l’engagement prend tout son sens

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

La promulgation de la loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) a ravivé le débat sur la quête de sens au travail. 

En effet, la possibilité qu’offre la loi PACTE pour les entreprises, via son article 1835, d’ajouter une « raison d’être » inspirante, nous rappelle le besoin impérieux des salariés et des parties prenantes, de réenchanter la vie de bureau. 

Loin de n’être qu’une tendance portée par les millennials, le sens au travail est déclaré « important » pour 87% des salariés selon une étude du cabinet Deloitte

Et si cette quête de sens pouvait être solutionnée par des actions concrètes reliées au bien commun tout en servant les intérêts de votre entreprise ? Et si ce moyen, en plus d’être rentable pour vous, renforçait l’engagement de vos collaborateurs ?

Partez sans plus attendre à la découverte du mécénat de compétences.

 

          Un potentiel immense pour l’ensemble des parties prenantes trop largement méconnu

Pour rappel, le mécénat est un soutien matériel apporté à une organisation pour l’exercice d’une activité d’intérêt général, sans contrepartie financière. 

Le mécénat de compétences consiste à rémunérer son salarié en lui permettant de dédier du temps de travail à des projets à forts impacts sociaux, tout en restant lié à l’entreprise. 

Or, ce mécénat demeure le moins connu des entreprises, qui lui préfèrent le mécénat de financement (77% des entreprises y auraient eu recours en 2016). 

Pourtant, pour Félix de Monts, initiateur de Vendredi, startup sociale spécialisée dans la mise en place du mécénat de compétences en entreprise, « c’est un dispositif fascinant dans la mesure où les salariés sont payés à temps plein, les entreprises peuvent défiscaliser le temps de travail à hauteur de 60%, tout le monde est donc gagnant. »

Ce mécénat permet de renouer des liens des associations reconnues d’utilité publique, des fondations, des collectivités locales, des fonds de dotation, des entreprises ayant pour activité principale l’organisation d’expositions d’art contemporain et des entreprises/startups sociales.

C’est un dispositif fascinant dans la mesure où les salariés sont payés à temps plein, les entreprises peuvent défiscaliser le temps de travail à hauteur de 60%, tout le monde est donc gagnant.

 

            D’un point de vue juridique, il met à disposition des salariés volontaires auprès d’établissements menant des projets d’intérêt général. 

Le don peut être une prestation de services ou un prêt de main-d’œuvre.

Le mécénat de compétences regroupe donc des activités diverses allant du coaching de CV au team building solidaire en passant par du mentorat stratégique. 

La durée des missions varie de quelques heures (rédaction d’un contrat de partenariat par un juriste…) à une quinzaine de jours, voire deux ans pour des missions « graduate program » immersives. Le format le plus plébiscité est le rythme un jour par mois/semaine (finition de la ligne éditoriale du blog d’une association, mission de référencement SEO pour le site web d’une association…)

Article de Victor Gosselin dans Recruiter, Welcome to the Jungle.

https://recruiters.welcometothejungle.com/articles/le-mecenat-de-competences-quand-l-engagement-prend-tout-son-sens/

Pour illustrer la démarche, allez voir sur le site de « Vendredi, chaque jour compte », les le « livre blanc du mécénat de compétences », les exemples inspirants, à partir de la page 7

https://vendredi.cc/publications/tout-savoir-sur-le-mecenat-de-competences

Le mécénat de compétences : Quand l’engagement prend tout son sens

“On a des compétences de dingue en entreprise ! Et la bonne nouvelle c’est qu’on peut mettre ces compétences au service de la société.”— Ericka Cogne
Directrice générale de l’Institut Télémaque, ancienne Directrice de la Fondation Accenture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article