Vieillissement et lutte contre la solitude : un immeuble intergénérationnel à Magenta – 51

Publié le par Orgris

Vieillissement et lutte contre la solitude

  : un immeuble intergénérationnel à Magenta – 51 -

À Magenta, dans la Marne, la commune et un bailleur social ont construit des logements adaptés pour les personnes âgées au sein d’un immeuble prévu pour des couples et des familles. Proximité des commerces, insertion dans le quartier, rupture de leur isolement : les occupants âgés apprécient leur nouveau logement.

 "Nous partions d’un double constat. D’une part, la population vieillissait de façon importante, d’autre part, des personnes âgées vivaient dans des habitations souvent isolées du bourg, loin des services, mal adaptées et trop grandes pour elles seules", explique Laurent Madeline, maire de Magenta, dans la Marne (1.816 habitants). Il devenait urgent de trouver une solution de logements plus adéquats, si possible proches du bourg.

       De l’existence d’une friche industrielle a germé l’idée

C’est l’existence, puis la mise en vente en 2009, d’une friche industrielle de 1.000 m2 appartenant à un ancien marchand de bois, qui a été le déclencheur de ce projet innovant : réunir les personnes âges isolées dans un même collectif de logements, avec d’autres habitants plus jeunes. "J’avais déjà discuté avec le propriétaire de l’intérêt que la commune portait à son terrain. Lorsque la friche a été mise en vente, ce dernier est d’emblée venu me voir. En outre, l’avantage d’une petite commune, c’est que nous nous connaissons tous : nous avions rencontré une quinzaine de personnes âgées susceptibles d’être intéressées. Une dizaine d’entre elles était prête à déménager." Comme l’opportunité de ce site n’avait pas échappé non plus au bailleur social implanté sur ce territoire, le montage de l’opération s’est fait dans le cadre d’un partenariat étroit. Le bailleur a acheté le terrain et fait construire les appartements, soutenu par la municipalité qui a apporté un financement à hauteur de 10% (280.000 euros) du projet, notamment pour participer aux surcoûts liés à la dépollution du site. Cette contribution financière a permis à la municipalité de faire valoir ses exigences vis-à-vis du bailleur quant à l’organisation des logements et des espaces communs.

       Un cahier des charges négocié avec le bailleur social

Différentes réunions entre la municipalité et le bailleur ont été nécessaires pour définir le cahier des charges. "Les personnes âgées se connaissent bien, il nous semblait difficile de les disperser dans l’immeuble", explique par exemple le maire. Les élus négocient notamment avec le bailleur le rapprochement des personnes âgées dans une même partie de l’immeuble et l’aménagement d’une salle d’activités ouverte aux habitants, gérée par un agent communal. En janvier 2011, le bâtiment de trois niveaux avec 21 logements - qui vont du T2 de 54 m2 au T4 de 113 m2 - est livré. L’entrée est commune à tous les habitants, tandis que les appartements destinés aux personnes âgées sont rassemblés dans une même partie de l’immeuble, sur deux niveaux avec ascenseur. La salle d’activités donne sur un patio intérieur de 150 m2 où se croisent les générations. S’y déroulent aujourd’hui goûters, après-midi jeux de société, etc. A l’expérience, les élus ont noté quelques défauts, comme des douches à l’italienne qui inondent la salle de bain, ce qui a valu une chute. Leurs conseils ? "Le mieux est d’aller visiter en amont d’autres expériences afin d’être en mesure de définir des propositions très concrètes à l’architecte".

       Après quelques mois d’occupation, bilan plutôt positif

Les occupants âgés se sont bien insérés dans le bourg. Ils se sentent en sécurité et s’entraident. Les liens avec les autres occupants sont plus distants. "Les jeunes habitant dans les autres logements ne sont généralement pas issus de la commune. Compte tenu de leurs horaires de travail, il ne leur est pas facile de nouer des liens avec leurs voisins âgés, qui d’ailleurs ne le recherchent pas forcément." Le temps changera peut être les choses… Reste l’essentiel : la proximité des services et des commerces. A noter par ailleurs, cette retombée positive : les anciennes habitations libérées par les personnes âgées ont permis à la commune d’accueillir de nouveaux habitants.

        Confiance entre le bailleur et la municipalité très mobilisée

Que se passera-t-il lors du décès d’une des personnes âgées ? Rien n’a été contractualisé avec le bailleur à ce sujet. "Tout repose sur un rapport de confiance entre la mairie et le bailleur. Notre rôle sera de rester très vigilant, au fil des années, pour que ces logements, adaptés, restent attribués aux personnes âgées de la commune et des environs, sur la base de nos propositions."

Lucile Vilboux / Acteur rural, publié  le lundi 18 février 2013 pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contacts : Commune de Magenta , 1 rue Paul Gravet, , 51530 Magenta ; tél. : 03 26 55 29 46 ; mairie@ville-magenta.fr ; Madeline Laurent, Maire ; laurent.madeline@wanadoo.fr 

 

 

 

Commenter cet article