Une navette gratuite habillée de publicités locales - Aquitaine- 64 -

Publié le par Orgris

Une navette gratuite habillée de publicités locales - Aquitaine- 64 -

En juin 2013, la navette gratuite du CCAS de la commune de Billère (Pyrénées-Atlantiques) fêtera son troisième anniversaire. Une navette un peu atypique, car le véhicule est financé par les publicités qu’il affiche sur sa carrosserie. C'est grâce à cela que le CCAS a pu offrir ce service aux personnes qui ont des difficultés à se déplacer.

Commune de 13.261 habitants des Pyrénées-Atlantiques, Billère bénéficie du réseau de transport en commun de la communauté d'agglomération Pau Porte des Pyrénées. En partie seulement, car l'axe nord-sud, entre la ville haute et la ville basse, où sont situés les commerces, la piscine, les services, n’est pas desservi. Depuis juin 2010, la navette mise en place par le CCAS pallie cette absence de desserte. Le service fonctionne sur le principe du transport à la demande de manière à optimiser les circuits : le CCAS organise le planning à partir des réservations qui doivent être effectuées au plus tard à J-1. En 2012, 390 personnes étaient inscrites à ce service (voir encadré ci-dessous).

     Prêt de véhicule contre publicité

Ce n'est pas le CCAS, mais une entreprise de communication qui a proposé la solution de cette navette sponsorisée. L’idée a séduit Christian Planté, l'adjoint au maire en charge du social. Le concept est simple, et repose sur un échange entre les deux parties : la société met à disposition du CCAS un véhicule de 9 places, aménagé et accessible aux personnes handicapées, pour une durée de trois ans. En contrepartie, le CCAS accepte que le véhicule soit habillé de publicités. La société démarche des annonceurs qui s'engagent sur la durée du contrat, tandis que le CCAS doit faire circuler la navette pour faire en sorte que les messages publicitaires soient vus par le plus grand nombre. "A raison de 6.382 trajets annuels, notre part de contrat a été bien rempli", observe le directeur du CCAS, Vincent Rouault. Que se passe-t-il à la fin du contrat ? "Au terme des trois ans, le véhicule reste la propriété de la société de communication, et le CCAS a le choix entre l’acheter au prix de l'argus sans avoir à maintenir les publicités, ou bien repartir sur un nouveau contrat", explique l’adjoint au maire en charge du social. Plutôt que de racheter le véhicule qui a beaucoup roulé, la commune a préféré opter pour un nouveau contrat, en exigeant un véhicule neuf. Quant aux coûts de fonctionnement, à charge du CCAS, ils sont de 35.000 euros et correspondent aux frais d'entretien du véhicule, d'assurance, d'immatriculation, d'essence et au poste de chauffeur. Pour assurer les remplacements de ce dernier, un agent de la commune principalement affecté aux espaces verts a également été formé à la conduite de la navette.

     Un juste compromis au service des habitants

Entre la signature du contrat et le lancement de la navette, il aura fallu quatre mois : le temps nécessaire pour que la société de communication démarche les annonceurs, qui avaient été prévenus par un courrier du maire. "Le financement de cette navette par la publicité a fait débat au sein même des élus de la majorité municipale, souligne l’élu. Reste que ce projet était l’un des éléments du programme municipal, et nous avons ainsi fait une économie substantielle sur l'achat du véhicule. De plus, la commune a eu son mot à dire sur le choix des publicités retenues et a également imposé qu’elles émanent uniquement des commerces de proximité. Enfin, la publicité ayant couvert au moins trois fois le prix d’achat du véhicule, cette rentabilité nous a conduit à négocier avec davantage d'exigences lors du renouvellement du contrat."
La navette avait été prêtée à des associations sportives le week-end, mais suite à quelques désagréments, le CCAS y a mis fin. Les associations de seniors souhaiteraient utiliser le véhicule en dehors des créneaux horaires actuels (du lundi au samedi jusqu'à 17h30). A suivre.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Au-delà de la mobilité, le rôle social de la navette

L’accès à la navette n'est limité qu'à une seule condition : ne pas avoir de voiture. Il a cependant fallu poser des limites pour que le plus grand nombre puisse en bénéficier : deux voyages par semaine par personne, réservations limitées à une semaine à l'avance. Ce sont surtout des personnes de plus 60 ans qui empruntent la navette (76%) et des femmes (81%). La moitié des trajets (49%) servent à aller faire des courses ou se rendre à l'épicerie sociale, près d'un tiers pour des activités de loisirs (28%) et le reste (23%) pour des rendez-vous médicaux. Le chauffeur recruté par le CCAS en 2011 en emploi aidé - qui avait en poche un BTS Services aux personnes- a depuis été titularisé. "Au-delà de la conduite du véhicule, il crée du lien avec et entre les personnes, les aide à porter leurs courses jusqu'à la porte d'entrée, est à l'écoute de leurs difficultés et peut ainsi faire le relais avec les assistantes sociales", explique l'adjoint en charge du social.

CONTACTS : Commune de Billère

39 route de Bayonne
64140 Billère
tél. : 05 59 92 44 44
Nombre d'habitants : 13 261

                Christian Planté, Adjoint au maire en charge du social

CCAS de Billère, 23 avenue de Lons
64140 Billère
tél. : 05 59 62 26 55

                Vincent  Rouault, Directeur, vincent.rouault@ville-billere.fr

paru le lundi 27 Mai 2013, dans Mairie Conseils

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250265190583

Publié dans Services

Commenter cet article