Une éco-cabane intergénérationnelle à Mauvezin-Midi Pyrènées-32-

Publié le par Orgris

Une éco-cabane intergénérationnelle à Mauvezin-Midi Pyrènées-32-

Pour améliorer l'accueil des enfants venant visiter les personnes âgées à l'Ehpad de Mauvezin, l'association d'animation Les Rêves bleus et la MSA Midi-Pyrénées Sud ont imaginé la création d'un lieu convivial, réalisé dans une optique intergénérationnelle et avec des matériaux écologiques. © Gildas Bellet

Lieu de rencontre pour les résidents et leurs familles, espace d’intimité ou support d’animation, cette « éco-cabane » est la concrétisation d’un enthousiasme collectif. Elle a trouvé sa place dans le parc du centre hospitalier de Mauvezin, dans le Gers : construite par une équipe intergénérationnelle avec des matériaux écologiques, elle a permis l’expression de nombreuses potentialités. Cap sur l’Ehpad de Mauvezin pour son inauguration.

« Nous voulions créer un lieu convivial et intime pour permettre aux résidents de l’Ehpad [établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes] et à leurs familles de se retrouver à travers une réalisation pérenne. » Dominique Bernadot, animatrice et trésorière de l’association Les rêves bleus de l’Ehpad de Mauvezin (Gers), situé dans l’enceinte de l’hôpital local, retrace la démarche et le travail qui ont abouti à la sortie de terre d’une cabane dans le parc de l’établissement.

Améliorer l’accueil

Partenaire actif de la MSA dans le cadre d’un contrat de développement social territorialisé (CDST), l’association avait la volonté de répondre à l’amélioration de l’accueil des enfants venant rendre visite aux aînés. Une adhésion immédiate et un engouement collectif pour le projet a conduit à la construction d’une « éco-cabane, assurée par les enfants de deux écoles, les Aînés ruraux du canton, des bénévoles du territoire, des élus MSA, les résidents encadrés et épaulés par le personnel, des patients de l’hôpital de jour du centre hospitalier spécialisé… »

Œuvre commune, ce bâti a bénéficié d’une entraide de tous ainsi que des conseils du collectif « Au pied du mur » pour la mise en œuvre des techniques de construction et l’utilisation des matériaux traditionnels : bois, paille, argile… Des matériaux fournis en grande partie par des habitants : l’un a donné la paille, un autre la terre, la famille d’un résident a offert des meubles pour l’aménagement intérieur…

Les enfants ont mis la main à la pâte

Avant, il a bien entendu fallu mobiliser, étudier la faisabilité, prendre des contacts, accomplir des démarches indispensables (devis, contact avec l’urbanisme, recherche de financements…), impliquer les différents partenaires à ce projet collectif, distribuer les rôles. Florence Turini, assistante sociale de la MSA Midi-Pyrénées Sud a assuré cette mise en œuvre avec l’association Les Rêves bleus.

Elle souligne l’« utilité sociale » ressentie par l’ensemble des participants qui ont apporté, chacun à leur mesure, leur pierre à l’édifice – une pierre toute symbolique… puisque la construction est réalisée à base de bois, de terre, de paille et d’eau. « À côté des bénévoles, les enfants de deux classes ont apporté leur énergie, mélangeant la terre, la paille et l’eau, et remplissant les murs de bois avec le torchis préparé. »

Espace d’intimité, hors du milieu de soin

Le jour de l’inauguration, ils sont tous là : les résidents accompagnés du personnel de l’établissement, le directeur de l’hôpital qui souligne le « modèle partenarial exemplaire et la démarche de développement durable choisie », les élus locaux, des élus et salariés MSA, les bénévoles, les enfants… Entre leurs échanges avec les personnes âgées, ceux-ci racontent leur participation à la construction. Et c’est à eux aussi que revient le privilège de couper le ruban !

Si « les petits ruisseaux font les grandes rivières, les petites cabanes font les grands bonheurs », déclare Yvon Montané, le maire de la commune. Car, tout de suite, le lieu a été investi par les résidents et leurs familles : but de promenade dans le parc de l’établissement, la cabane est aussi un espace d’intimité, hors du milieu de soin (voir le témoignage de Thomas Martineau, psychomotricien et président de l’association Les Rêves bleus).

Pour Martine Fabre, sous-directrice à la MSA Midi-Pyrénées Sud, « l’action sociale collective se matérialise par des réalisations de ce type, concrétisation de la démarche de solidarité, de développement durable et citoyenne qui a prévalu, réunissant aînés, jeunes et écologie ». Un projet au service de la création de liens, qui s’est appuyé sur une dynamique d’ensemble, avec la participation active des acteurs locaux et de la population.

    Un projet de jardin thérapeutique

« Le diagnostic réalisé dans le cadre du CDST avait mis en lumière ce besoin de lien social et d’initiatives pour les jeunes et les personnes âgées, précise Stéphanie Grenier, responsable d’action sanitaire et sociale à la MSA Midi-Pyrénées Sud. Il est notamment à l’origine de ces échanges intergénérationnels à Mauvezin mais aussi de la mise en place d’un centre social rural sur la commune de Cologne – lieu d’animation, d’information et de coordination dont la MSA Midi-Pyrénées Sud continue d’être partenaire dans le cadre d’une convention ».

Grâce à cette mobilisation collective, un point de rencontre et de détente s’offre maintenant aux résidents. Tout à côté, un poulailler a été construit, fournissant l’occasion d’une animation supplémentaire. Et l’idée d’un jardin thérapeutique fait maintenant son chemin…

Témoignage

Thomas Martineau, psychomotricien, président de l’association Les Rêves Bleus

L’association d’animation de l’Ehpad avait l’idée de créer un lieu de rencontre pour les résidents et leurs familles. Une éco-cabane avait déjà été bâtie par une école, idée que nous avons reprise. En la construisant dans le parc, nous avons créé un espace d’intimité, symboliquement hors du milieu hospitalier. Et, depuis le premier jour, elle a été investie par les résidents qui s’y retrouvent et discutent.

 C’est une réalisation qui s’inscrit dans une action sur le long terme. Elle a permis de créer des liens entre les élèves de deux écoles et les personnes âgées. Un poulailler a aussi été installé à côté et nous réfléchissons à l’installation d’un jardin thérapeutique.

L’implantation de cette cabane incite les gens à sortir, à marcher, cela génère des discussions et des relations sociales. En tant que psychomotricien, j’y vois donc beaucoup de bienfaits : la stimulation du mouvement pour en prévenir le déclin, donc un intérêt sur le plan moteur mais aussi au niveau cognitif et social. Et une bulle d’air pour sortir de l’hôpital.

 

Témoignage

Régis Discors, élu MSA

Agriculteur sur la commune, Régis Discors, préside l’échelon local de Cologne, Mauvezin, Grimat, L’Isle-Jourdain. Il souligne que « la majorité des résidents de l’Ehpad ont été agriculteurs ou ont des relations familiales dans l’agriculture. La MSA a  participé et soutenu le projet, intéressant notamment parce qu’il permet de tisser un lien entre les générations et de faire perdurer un contact entre enfants et personnes âgées. Si ce lien n’est pas maintenu, un risque de coupure existe une fois que les personnes âgées sont admises en maison de retraite ou en hôpital. Sur ce type de réalisation, il est important que les élus s’engagent. L’un d’entre nous s’est particulièrement investi dans la construction ».

Gildas Bellet, Paru dans le BIMSA, journal de la MSA, juin 2013

 

http://www.lebimsa.fr/une-eco-cabane-intergenerationnelle/

Publié dans Inter Génération

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article