Quelle politique pour les personnes âgées ? En Martinique, une ville a interrogé les premiers concernés - 972 -

Publié le par Orgris

Quelle politique pour les personnes âgées ? En Martinique, une ville a interrogé les premiers concernés - 97 -

Depuis sa première analyse des besoins sociaux, la ville de Schoelcher mise sur des "groupes d'analyses partagées", afin d’associer largement les professionnels ainsi que les habitants à l'élaboration de ses politiques sociales. Avec à la clé, un schéma gérontologique adopté par les élus.

Plusieurs études prévoient qu’en 2030, la Martinique sera le deuxième plus vieux département de France. En 2009, l'analyse des besoins sociaux menée par la commune de Schoelcher (21.000 habitants) confirme l'importance de ce phénomène de vieillissement accéléré de la population. Les élus placent alors la question au centre de leurs préoccupations et décident de doter la commune d'une politique gérontologique structurée.

    Le label "Bien vieillir Vivre ensemble" formalise une première étape

"L’objectif est d’avoir une approche globale du vieillissement : nous nous intéressons autant aux retraités en forme, qu'aux personnes plus marquées par la dépendance, pour favoriser à la fois un vieillissement actif et accompagner la perte d’autonomie», synthétise Marie Garon, adjointe au maire, déléguée aux affaires sociales. Le label "Bien vieillir Vivre ensemble", obtenu en 2010, aide la commune à construire cette réflexion, en l’engageant dans un programme de travail prédéfini sur trois ans. Avec comme première étape, la réalisation d'un audit, dont le pilotage est confié à l'observatoire de la santé de Martinique. Comme elle l'avait fait pour l'ABS, la commune choisit de s'appuyer sur des groupes d'analyses partagés. Cette fois-ci, ce sont des habitants plutôt que des professionnels qui sont sollicités.

     Panel de personnes âgées volontaires suite à un appel à candidatures

Un appel est lancé en avril 2010 à tous les administrés de plus de 60 ans par le biais d’un courrier du maire, d’appels téléphoniques aux personnes déjà connues des services et sur le site internet de la ville. Durant les deux mois suivants, les candidatures ont été reçues pour retenir une soixantaine de volontaires, de manière à constituer un panel qui soit le plus représentatif possible : en termes d’âge, de situation familiale, de catégories socio professionnelles, de lieux de résidences. Après une réunion d'information présentant la démarche, cinq groupes de 12 personnes ont été constitués sur la base de ce panel. Un sixième groupe a été créé pour réunir des aidants familiaux et des professionnels. Chaque groupe s’est réuni à raison de deux fois par mois durant les deux mois suivants. "Sur la base d’un programme de thèmes pré-établis, nous les avons tous fait réfléchir sur des sujets divers : logement, transport, culture, loisirs, maintien à domicile", précise l’élue. A chaque fois, selon une méthode identique : un questionnaire, et des discussions animées par un observateur extérieur de l'Observatoire de la Santé de Martinique.

      Enquête complémentaire en face à face pour ceux qui ne peuvent se déplacer

Pour ne pas négliger la parole des personnes les plus dépendantes -qui se déplacent moins facilement et sont moins promptes à participer- une enquête, sous forme d'entretiens à domicile, a été menée par deux psycho-gérontologues sur un site d'habitat collectif. Près de 150 questionnaires ont ainsi été remplis lors de ces entretiens en face à face.

     "Des suggestions enrichissent notre réflexion"

"Tous les participants nous ont dit combien ils étaient contents qu'on pense ainsi à eux", souligne Marie Garon qui croit beaucoup à la force du creuset ainsi créé. "Il y a toujours plus de choses dans 20 têtes que dans une seule ! Il ne faut jamais oublier que les personnes qui rencontrent des difficultés ont déjà imaginé des solutions pour y pallier. Même si celles-ci ne sont pas viables, ces suggestions enrichissent notre réflexion."

La démarche a permis aux élus d’adopter, en avril 2013, le premier schéma gérontologique communal de Schoelcher, pour une période de cinq ans. Les habitants qui avaient participé à l'audit urbain étaient invités à sa présentation officielle, le 30 mai.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse  lundi 16 septembre 2013

pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

http://www.mairieconseils.net/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250265850110

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article