Logement pour les seniors : le béguinage pour mieux vieillir ensemble – Nord Pas de Calais - 59 -

Publié le par Orgris

 

Logement pour les seniors : le béguinage pour mieux vieillir ensemble – Nord Pas de Calais - 59 -


Sur le vif : 
“Là où j’habitais avant, beaucoup de mes voisins sont décédés, j’étais seule. Ici, on est une petite famille !”.
Une résidente vivant au béguinage depuis 14 ans


Afin de rompre leur isolement, le béguinage de « la Fermette aux Bleuets », chainon manquant entre le domicile et la maison de retraite, offre aux personnes âgées autonomes la possibilité de vivre ensemble, au cœur de leur village. Une forme d’habitat regroupé, ouverte sur l’extérieur, qui fait la part belle au vivre-ensemble et à l’intergénérationnel.




 
Au milieu des années 90, le bailleur social Norevie construit et gère aussi bien des logements sociaux que des Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephads) dans le Nord et le Pas-de-Calais. Grâce à cette double casquette, la direction de cette Entreprise sociale pour l’habitat (ESH) constate que pour les personnes âgées autonomes, mais souffrant d’isolement, aucune solution n’est proposée. Germe alors l’idée de créer le chaînon manquant entre le logement classique et le foyer logement. Pour ce faire, le bailleur va remettre au goût du jour une forme d’habitat partagée vieille de plusieurs centaines d’années, mais tombée en désuétude au XIXe siècle : le béguinage. Nés en Flandres au XIIIe siècle, véritables villages au cœur du village, les béguinages médiévaux abritaient des communautés autonomes religieuses, vivant dans des habitations regroupées autour d’une cour ou d’un jardin. Porté par la volonté de recréer ce climat de solidarité et d’entraide propre aux béguinages d’autrefois, Norevie ouvre en 1997 son premier béguinage à Lambres-lez-Douai : “La fermette aux bleuets”. Quinze ans plus tard, le bailleur possède 300 logements répartis dans les 18 béguinages qu’il a construit (16 dans le Nord et deux dans le Pas-de-Calais) et gérés au quotidien par la coopérative HLM Floralys. 
Depuis la fin des années 90, de nombreux bailleurs sociaux du nord de la France se sont lancés dans l’ouverture de béguinages. La région étant une zone de tension immobilière en proie à la pénurie de logements : cette solution offre la possibilité de libérer des logements spacieux occupés par des personnes âgées seules. Et permet ainsi d’y loger des familles, tout en proposant une solution mieux adaptée aux aînés.

 
Située dans le village rural de Lambres-lez-Douai (5000 habitants), la Fermette aux bleuets se caractérise, comme tous les béguinages, par un ensemble de maisons individuelles réparties autour d’une cour, avec une salle commune qu’on appelle ici salle de convivialité, et une hôtesse pour veiller sur les résidents. Autre élément essentiel : bien qu’il constitue un environnement protégé, le béguinage se situe toujours au cœur du village et doit être ancré dans le tissus local, car la formule vise avant tout à lutter contre l’isolement des personnes âgées qui, bien qu’elles soient aidées, doivent demeurer autonomes.
A vec ses 16 maisons individuelles en brique rouges de plain pied (de type 2 : cuisine + sejour + chambre ; et de type 3 : avec une chambre supplémentaire) pouvant accueillir chacune une personne ou un couple, la Fermette compte 16 locataires (14 femmes et deux hommes, âgés de 73 à 97 ans). Ils sont tous retraités, autonomes et proviennent, pour la très grande majorité, du village ou de ses alentours. La moitié d’entre eux sont d’anciens propriétaires qui, en prenant de l’âge, ont décidé de vendre leur maison devenue trop grande.



L’hôtesse : âme du béguinage
 ; Présente en permanence, l’hôtesse du béguinage a pour rôle de veiller sur les résidents, de rendre de menus services et de faire de l’animation. Sa relation particulière avec les aînés est essentielle au fonctionnement du béguinage. Pour nombre de résidents, elle fait partie de la famille. C’est pourquoi chez Floralys, l’embauche des hôtesses ne se fait pas en fonction de leur formation, mais avant tout en fonction de leur cœur, de leur disponibilité et de leur écoute envers les aînés. Elle doit également être bien introduit dans la commune, le tissu local et bien comprendre les us et coutumes. 
Chaque matin, l’hôtesse fait le tour des logements pour voir si tout va bien et si les résidents ont besoin d’elle pour les accompagner faire leur courses, les aider dans leurs démarches administratives, les emmener chez le médecin quand la famille ne peut pas le faire (la priorité est toujours donnée aux enfants, c’est seulement s’ils ne peuvent pas accompagner leur parent que l’hôtesse prend le relais). En effet, ici il n’y a pas de prise en charge médicale : les résidents sont suivis par leur médecin traitant. Ils peuvent également faire appel à des aides à domicile pour les soutenir dans leurs tâches quotidiennes. Car que se soit la lessive, le ménage ou les repas, chacun s’occupe de ses propres tâches ménagères.
L’après-midi l’hôtesse organise des sorties (ballades, théâtre, cinéma) ou des activités au sein de la salle commune (cela va de la belotte aux activités avec les enfants du village) auxquelles les résidents sont libre de participer. Dans les faits, sur les 16 locataires de la Fermette aux bleuets, ils sont toujours 14 en moyenne à être présents aux activités. 
Mais chacun reste libre de toute contrainte car il s’agit avant tout de locataires. Ils peuvent donc se lever à l’heure qu’ils souhaitent, inviter des amis, partir en vacance… 



Attribution des places ; 
La seule obligation qu’ont les résidents, c’est d’être autonomes et sociables. Avant chaque arrivée, l’équipe de Floralys rencontre le futur locataire pour constater son autonomie et pour vérifier qu’il est bien en adéquation avec le concept du béguinage et de sa vie en collectivité.
 Pour ce qui est des logements, les places sont attribuées par une commission d’attribution selon des critères de revenus, car il s’agit de logements sociaux. Ainsi, les loyers restent largement plus abordables que ceux d’une maison de retraite : compris entre 350 et 400 euros, selon la taille du logement (deux ou trois pièces). Auxquels il faut ajouter 150 euros mensuels pour les frais liés à l’hôtesse et aux activités. C’est Norevie, propriétaire du bâti qui s’occupe de la gestion locative. La coopérative HLM Floralys s’occupe quant à elle de l’accompagnement des personnes âgées à travers notamment l’embauche des hôtesses.



Une mission : créer du lien
La première motivation des résidents qui s’installent, c’est le refus de l’isolement. C’est pourquoi le béguinage cultive l’ouverture sur l’extérieur en travaillant notamment en partenariat avec l’école, la crèche et la MJC de Lambres-lez-Douai. 
Une fois par semaine, les résidents reçoivent ou rendent visite aux bambins de la crèche : aînés et enfant, assis sur leurs genoux, jouent, chantent et dessinent ensemble. Au fil du temps, des liens forts se tissent entre les générations. Certaines deviennent même des mamies d’adoption. 
Des rencontres chaleureuses sont également organisées, au sein du béguinage ou à l’extérieur, avec les enfants de l’école primaire. Les aînés confectionnent des masques, des sacs, font de la peinture…, avec les enfants. Ils rencontrent également les jeunes et les autres habitants. Carnaval, fêtes de noël, pique-nique…, toutes les occasions sont propices aux échanges intergénérationnels. 
En interne aussi, la part belle est faite au lien social. En plus des activités quotidiennes, les aînés se retrouvent une fois par mois autour d’un repas préparé par l’hôtesse, toujours aidée dans cette tâche par plusieurs résidentes volontaires. 

La plupart des locataires finissent leurs jours au béguinage, les autres, devenus dépendants, sont orientés vers des Ephads. A la fermette, entre 1997 et 2012, seuls quatre résidents ont été orientés vers un Ephad. Sur les 300 logements que compte Norevie en béguinage, on compte une trentaine de sorties chaque année : à peu prés 65% concernent des décès, les 45% étant des entrées en Ephad. 


Un modèle duplicable ?
 Situé à la jonction entre le domicile et la maison de retraite, le béguinage est beaucoup plus simple à mettre en place que cette dernière car il n’a pas à faire face aux difficultés de l’agrément. 
Bien que cette forme d’habitat groupé s’adapte bien à la culture du Nord où la solidarité est une tradition, beaucoup pensent qu’il peut être dupliqué ailleurs en France. C’est d’ailleurs déjà le cas en Lorraine, en Franche-Comté et en Seine-et-Marne. Il peut également s’élargir à d’autres publics comme le béguinage de la ferme de Rouzé à Willems (voir l'info dans Or Gris et consulter fiche Apriles sur le sujet). 
Il existe cependant des contraintes foncières : le béguinage étant un ensemble de logements individuels, donc nécessitant un terrain spacieux, il suppose un foncier abordable, donc plutôt situé dans des bourgs ou des villages. 
Cependant, en novembre 2012, Floralys a ouvert un béguinage “vertical” en centre ville de Douai. La formule qui n’était mise en place qu’en milieu rural devient donc transposable en ville, sur un foncier plus restreint. Mais il faut adapter le profil de l’hôtesse et les animations au public citadin. Il en est de même en fonction de l’âge des résidents : dans les béguinages les plus anciens, occupés par des personnes plus âgées, les activités ne sont pas les mêmes que dans des béguinages où les publics sont plus jeunes, avec d’autres envies. 
Pour encadrer le dispositif béguinage, Floralys rédige d’ailleurs un label avec le conseil général du Pas-de-Calais, histoire de poser les fondamentaux sur papier : toujours s’appuyer sur une hôtesse, être en centre ville et ancré dans la commune…

Impact(s) : 
- Pour les personnes âgées autonomes, le béguinage constitue une solution d’hébergement située à mi-chemin entre le domicile et la maison de retraite. Son prix pour les résidents est d’ailleurs bien plus abordable que celui d’une maison de retraite.
- Le béguinage permet aux personnes âgées de ne pas être isolées géographiquement et socialement.
- Il contribue à tisser des liens intergénérationnels avec les habitants du village.
- On peut supposer que ce type d’habitat partagé contribue au maintien dans l’autonomie des personnes âgées. La plupart des locataires finissent d’ailleurs leurs jours au béguinage. A la fermette, entre 1997 et 2012, seuls quatre résidents ont été orientés vers un Ephad. Sur les 300 logements que compte Norevie en béguinage, on compte une trentaine de départs de locataires chaque année : à peu prés 60 à 65% concernent des décès, les 35 à 40% étant des entrées en Ephad.

Partenaire(s) : 
Commune de Lambres-lez-Douai, Caisse des dépôts et consignations.

Moyens : 
Les loyers sont compris entre 350 et 400 euros, selon la taille du logement (deux ou trois pièces), ils sont perçus par le bailleur social Norevie qui s’occupe de la gestion locative et de la construction du bâti.
Il faut y ajouter 150 euros mensuels par personne pour les frais liés à l’hôtesse et aux activités. Ces sommes sont perçues par Floralys qui s’occupe de l’accompagnement des résidents.

Porteur(s) de l'action : 
Bailleur social Norevie et coopérative HLM Floralys, filiale de Norevie

Contact :

Evelyne Spritmont, ,responsable du service Béguinage,

Floralys, 62, rue Saint Sulpice 59505 Douai cedex, 03.27.93.53.39,

 

evelyne.sprimont@floralys.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Colocations, Chambres à Louer Marseille 17/12/2015 15:55

Bonjour,
Je viens d’arriver sur votre blog un peu par hasard, et il semblerait que vos lecteurs/lectrices de Bordeaux puissent être intéressés par Colocation 40 ans+, qui permet aux personnes vivant seules de se retrouver, en vue de vivre à plusieurs, sous un même toit en colocation.
Plusieurs rubriques sont proposées :
* trouver une chambre à louer contre services
* créer une colocation dans un logement vide
* vivre en colocation entre homosexuels
* vivre en colocation entre seniors uniquement
* vivre en colocation entre adultes de plus de 40 ans
* proposer une chambre en colocation pour une nuit, une semaine, un mois ou plus.
* choisir ses futurs colocataires, en fonction de leurs âges, de leurs sexes ou de leurs revenus...
Le dépôt d'une annonce est gratuit.
A bientôt.
Cordialement
P. Lelal