Les zastuces, c’est magique! - Bourgogne - Franche Comté -

Publié le par Orgris

Les zastuces, c’est magique!

À vos télé, Bourguignons et Francs comtois !!! Passez par internet pour les autres…

Un programme court, diffusé sur les chaînes France 3 des deux régions, dans lequel une famille un peu magique donne des conseils autour du bien vieillir : Les caisses de retraite de Franche-Comté et de Bourgogne lancent cet automne Les Zastuces.  Abracadabra !

Pour faire passer un message de prévention en 50 secondes seulement, il faut de nombreuses compétences mais peut-être aussi un peu de magie. C’est, en tout cas ce que l’on retient après le visionnage des 40 épisodes des Zastuces du bien vieillir. Ce programme court se glisse habilement dans la grille des programmes de France 3 Bourgogne et Franche-Comté, entre le journal national et le journal régional. Un rendez-vous proposé aux téléspectateurs les lundis, mercredis et dimanches, aux alentours de 19 h 20. Durant une minute – générique compris – on découvre la famille Zastuces avec Oudi et Oz, les parents d’Harry et Lili, Abra et Cristal, les grands-parents, et Elvire la grand-tante, sans oublier le chat Merlin. Huit personnages qui donnent leurs petits trucs pour faire face aux problèmes quotidiens que rencontrent les personnes âgées : maladies, isolement, dépression, etc.« Trou de mémoire et as de cœur », « T’as de belles dents, tu sais ! », « La nuit, tous les chats parlent » : les titres des épisodes sont accrocheurs et dévoilent le ton du programme. Car, pour évoquer certains sujets, l’humour reste encore le meilleur moyen pour toucher le public. « Les administrateurs nous ont demandé de créer une campagne innovante sur le bien vieillir, indique Gaëlle Pirrotta, responsable ingénierie au GIE Impa (voir encadré) et pilote du projet. Il est plutôt facile d’évoquer les problèmes de sommeil ou d’alimentation mais il est plus délicat de traiter des questions de sexualité ou encore de dépression. Les différents personnages et le support animation vidéo nous permettent de donner un ton plus léger sur les questionsles plus épineuses. »

Pour exemple, dans le premier épisode, « Vert de peur », Oudi voyant Merlin, le chat, malade décide de l’emmener chez le vétérinaire. Une attitude prévoyante que relève son épouse  Oz. Elle en profite pour lui dire qu’il devrait prendre aussi soin de sa santé que de celle de son chat, et que le matou, s’il était doué de parole, lui conseillerait : « Miaou, miaou, Oudi, tu as l’air en bonne santé, mais pour le rester, va te faire dépister ».  Le tout en rimes et conclut par une rengaine revenant à la fin de chaque épisode : « Bien vieillir, ce n’est pas magique, il y a des astuces ». Un message important glissé tout en douceur auprès des personnes concernées.

     Un pur produit caisses de retraite

Pour monter ce programme, c’est aux forces vives des caisses de retraite que le GIE Impa a fait appel. Jean-François Fontaine, graphiste à la Carsat de Franche-Comté Bourgogne, s’est armé de crayons pour croquer des personnages « au style simple et cohérent pour que personne ne soit perdu ». Dans le même temps, Murielle Esposito, attachée de presse à la rédigeaient les scénarios que reprenait ensuite un groupe de travail interrégimes. Le tout était ensuite validé par Jean-Jacques Laplante, médecin conseil et responsable du pôle santé de la MSA de Franche-Comté pour l’Asept de Franche-Comté et par le professeur Patrick Manckoundia, gériatre du CHU de Dijon. « Nous devions fournir un programme abouti au maximum, détaille Yves Bard, président de la Carsat de Bourgogne et de Franche-Comté et du GIE Impa. Pour les caisses de retraite des deux régions, c’est une vraie vitrine montrant notre implication et notre savoir-faire dans l’accompagnement des seniors au quotidien. » Jean-Marie Boulec, directeur de la MSA de Franche-Comté et du GIE, confirme : « Nous avons travaillé collectivement car, ensemble, notre message a plus de force. C’est grâce à cette synergie que les 40 épisodes ont pu être réalisés en moins de huit mois. »

     « Dédramatiser la vieillesse »

Le personnel des caisses de retraite s’est retrouvé le temps de deux journées  – le 10 octobre à Besançon et le 17 à Dijon – pour la promotion des Zastuces du bien vieillir et lancer le programme. « Il s’agit surtout de faire connaître l’émission au public, précise Annabelle Collot, chargée de mission à la Carsat. On essaie de le surprendre, en venant lui parler d’un sujet qui le touche, directement ou indirectement, là où ils ne s’y attendent pas, en l’occurrence sur le marché. » Tours de magie, dédicaces du dessinateur, simulateur de conduite, les passants se sont divertis sur le stand des Zastuces et ont surtout pris note de la diffusion du programme : « Ce genre d’initiative peut faire renouer le dialogue entre les générations, constate Marie-France, sexagénaire, de passage sur le stand. Je trouve que les gens ne communiquent plus ensemble, surtout quand ils n’ont pas le même âge. Moi, j’essaie de garder une vie sociale. Souvent, on me demande pourquoi je vais chaque semaine au marché. Mais c’est pour parler avec d’autres personnes, rencontrer de nouvelles têtes. Le lien social c’est important

Les instigateurs du projet comptent bien sur le bouche-à-oreille pour sceller le succès du programme : « Les Zastuces remplissent tout à fait leur rôle, confie Marie-Madeleine Bouhelier, responsable d’une maison des seniors au Ccas de Besançon. Cela dédramatise vraiment la vieillesse quand on la traite de manière vivante et gaie. Et les retraités qui se rendent à la maison des seniors ont vraiment apprécié les premiers épisodes. » Un site Internet a été mis en place pour accompagner les vidéos : « En allant sur la page des zastuces, l’internaute peut trouver plus d’informations sur le bien-vieillir.!  ;

http://www.leszastuces.com/. Il peut également se rendre sur la chaîne Youtube des Zastuces pour voir ou revoir les épisodes. https://www.youtube.com/watch?v=DEqEFqRy2nk

Nous voulions proposer un service complet », indique Annabelle Collot. Le GIE Impa s’attèle déjà à une nouvelle campagne qui devrait prendre une autre forme mais toujours avec les mêmes acteurs. Pas de doute, les caisses de retraite de Franche-Comté et de Bourgogne ont trouvé la recette magique pour créer, ensemble, des initiatives innovantes et percutantes.

GIE Impa quoi?

Le groupement d’intérêt économique (GIE) Impa (Ingénierie maintien à domicile des personnes âgées) est une structure créée par le RSI de Franche-Comté, les MSA de Franche-Comté et de Bourgogne et la Carsat Franche-Comté Bourgogne en 2006. Le RSI de Bourgogne a rejoint le groupement en 2013. Ce « laboratoire d’idées » a pour vocation d’organiser une politique d’action interrégime en faveur du maintien à domicile des personnes âgées non dépendantes. La structure propose alors des actions de prévention pour accompagner au mieux les personnes en perte d’autonomie sur des thèmes tels que le risque de chutes, la mémoire ou encore la nutrition. Un effort permanent qui lui demande d’être en relation quotidienne avec les prestataires de services d’accompagnement aux personnes fragiles. Avec les Zastuces du bien vieillir, le GIE Impa utilise la télévision pour toucher les personnes éloignées des actions habituelles : www.reponses-bien-vieillir.fr

Jérémy Lemière

Posté le 25 novembre 2014

http://www.lebimsa.fr/les-zastuces-cest-magique/

 RENCONTRE AVEC JEAN-JACQUES LAPLANTE, Médecin et directeur adjoint en charge des questions de santé à la MSA de Franche-Comté, une des cautions médicales du projet.

« En France, on a sanctuarisé les soins et érigé en sauveur le médecin qui opère. Celui qui sauve des centaines de vies via la prévention n’est que trop peu considéré, à tort. J’ai tendance à dire qu’il faut être soigné en France mais vieillir ailleurs. Mais cela paraît justifié quand on note une différence de huit années de vie en bonne santé entre la France et les autres pays de l’Europe du Nord. Cela témoigne d’un manque évident de prévention autour de la maladie dans notre pays, alors que l’important n’est pas de donner des années à la vie mais de la vie aux années. Plusieurs facteurs ont une influence directe sur notre qualité de vie : avoir un revenu correct, préserver des relations harmonieuses avec sa famille et ses amis, avoir des activités différentes et ne pas hésiter à parler de ses problèmes à son entourage ou au personnel soignant. Évidemment, ce n’est pas toujours facile, mais il est nécessaire que tout le monde en prenne conscience.

Quand on m’a parlé des Zastuces du bien vieillir, j’ai immédiatement proposé mon apport. Cela fait 30 ans que je suis à la MSA et que je travaille pour faire passer des messages de prévention. J’ai donc un peu d’expérience à ce niveau. Mon rôle consistait à valider, au niveau médical, les messages de chaque épisode mais aussi d’élargir le champ des sujets proposés. J’ai notamment voulu évoquer la relation entre les médecins généralistes et la prévention pour montrer que les professions du soin doivent être le premier relais de ces messages. Au final, je pense que l’on peut être satisfait du rendu car les sujets abordés sont très compréhensibles. Il faut maintenant profiter de l’exposition médiatique que nous offre France 3 et prolonger l’effort de sensibilisation par la suite, puisque c’est dans la durabilité que la prévention réussit auprès du public. »

 

 

Commenter cet article