Les seniors à la traîne en matière d'emploi

Publié le par Orgris

Alors qu'en Europe le taux d'emploi moyen des 55-64 ans reste largement inférieur à celui des 25-54 ans, le projet Urbact Active Age tente de trouver des solutions à travers des politiques locales.

En Europe, le taux d'emploi moyen des personnes entre 55 et 64 ans, qui s'élève à 44,7%, est moitié moindre que celui des 25-54 ans. D'après une étude comparative du Centre d'études de l'emploi (CEE) publiée en juin 2009, les performances dans ce domaine sont très contrastées, avec des pays comme la Suède, le Danemark, la Finlande ou le Royaume-Uni qui affichaient, en 2007, des taux d'emploi compris entre 50% et 70%, et d'autres, en particulier la France, la Belgique et l'Italie, qui affichent des taux largement en dessous des 50%.

Dans un article publié sur le site d'Urbact (voir ci-dessous),

"Vieillissement et emploi : anciens et nouveaux défis dans un scénario de crise globale",

Annamaria Simonazzi, experte référente du projet Urbact Active Age, cherche à approfondir le sujet :  

- Les personnes âgées sont-elles discriminées sur le marché du travail ?Que font les politiques nationales et locales pour promouvoir l'intégration et favoriser un vieillissement actif ?

 L'experte analyse dans un premier temps les facteurs qui empêchent les seniors de rester actifs. Et la principale raison est la retraite, représentant 46% des cas, et 19,2% pour la retraite anticipée. "Alors que l'âge officiel de la retraite dans la plupart des pays se situe à 65 ans, c'est toujours la raison principale de l'inactivité des 55-64 ans", explique ainsi Annamaria Simonazzi, les autres explications étant la maladie (11,5%) et la démission (9,5% des cas). D'autres facteurs expliquent ce taux faible d'emploi des seniors : des politiques dissuadant les seniors de rester en activité (taux de remplacement élevé, dispositif de retraite anticipée…), une discrimination vis-à-vis de l'âge (les employeurs préfèrent embaucher des jeunes ; les seniors étant considérés comme plus coûteux et moins productifs), et des conditions de travail difficiles qui peuvent dissuader les 55-64 ans de continuer à travailler…

La crise économique que les pays européens ont traversée en 2008 et 2009 a également renforcé ce phénomène, rendant très vulnérables les travailleurs les plus âgés et particulièrement ceux qui ont des niveaux de qualification faibles. Pourtant, l'Union européenne s'était fixé en 2000 des objectifs très ambitieux en matière d'emploi des seniors : amener le taux d'emploi des salariés entre 55 et 64 ans à 50% en 2010 et augmenter de 5 ans l'âge moyen de départ à la retraite. "Une meilleure flexibilité dans les dispositifs de retraite, des retraites graduelles, des combinaisons entre retraite et travail, mais aussi l'amélioration de la qualité des emplois, peuvent aider à repousser l'âge de la retraite", explique Annamaria Simonazzi, tout comme des stratégies encourageant la solidarité entre les générations et l'échange de savoir-faire, le coaching ou le tutorat.

Le projet Urbact Active Age

Le projet Urbact Active Age tente de faire émerger au niveau local des pratiques innovantes en matière d'emploi des seniors. Lancé en 2008 et impliquant neuf villes européennes, il consiste à développer des actions locales répondant aux besoins et tenant compte des particularités des territoires concernés.

- Ainsi au Royaume-Uni, Edimbourg se focalise sur la promotion de pratiques d'emplois plus flexibles pour les personnes âgées, à travers une meilleure organisation du travail.

- La ville de Maribor, en Slovénie, étudie de son côté les moyens d'améliorer la transition entre l'emploi et la retraite, en planifiant notamment des activités post-retraite, capables de réduire l'impact économique négatif de la retraite.

- En Italie, Rome tente de développer des services pour améliorer l'orientation et les conseils aux demandeurs d'emploi de plus de 50 ans, pour renforcer leurs qualifications et développer leur compétence en matière d'entrepreneur.

- Et Thessaloniki, en Grèce, cherche à développer l'information entre employeurs et employés afin de faire connaître aux plus âgés les opportunités offertes par le marché du travail en termes de services et de formations.

En France, où le taux d'emploi des seniors est actuellement de 38,3%, l'un des plus faibles de l'Union européenne, c'est le gouvernement qui a pris la main en développant des mesures en 2009 censées favoriser l'emploi des seniors : le cumul emploi-retraite, autorisé depuis le 1er janvier 2009, des limites fixées à la mise à la retraite des salariés de 65 ans, et l'obligation pour les entreprises d'au moins 50 salariés de conclure un accord ou d'établir un plan d'action concernant l'emploi des salariés âgés, sous peine de sanction financière représentant 1% de la masse salariale. Fin mars 2010, 78 accords de branche sur 158 et 26.000 accords ou plans d'actions ont été conclus. Seul problème : les entreprises doivent se fixer des objectifs mais n'ont pas d'obligation de résultats…

De leur côté, les collectivités locales se mettent elles aussi tout doucement à développer des actions dans ce domaine, comme le plan régional pour l'emploi des seniors, lancé par la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), le dispositif Securise'RA concernant la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ou les contrats d'aide et de retour à l'emploi durable (Cared) en région Rhône-Alpes. Mais ces initiatives locales sont encore peu nombreuses et la France n'arrivera pas à atteindre l'objectif de 50% de taux d'emploi des seniors pour 2010.

Emilie Zapalski, Publié le 16 avril 2010, par Localtis

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/artEsp/artEsp&cid=1250259736690

Pour toute information concernant les résultats du projet Urbact Active Age, consultez le site internet qui lui est dédié : www.urbact.eu/active_age

ou contactez Giuseppe Panebianco : giuseppe.panebianco@comune.roma.it

 

Commenter cet article

Helene 27/04/2010 13:08


Bonjour,
Le site www.beboomer.com s’engage dans l’emploi des séniors et jeunes séniors depuis sa création.
Beboomer.com est un réseau social pour les plus de 45 ans où les membres partagent leurs centres d’intérêts grâce à de nombreux moyens de communication (messagerie, chat, groupe, blog, magazine,…).
Mais le site propose aussi une rubrique emploi totalement gratuite, pour les chercheurs d’emploi comme pour les entreprises. Le service emploi et le site en général ont été conçu spécialement pour
cette tranche d’âge.
Les membres beboomer peuvent créer et poster leur cv, créer facilement un cv vidéo et consulter les offres d’emplois.
Que ce soit pour les chercheurs d’emploi ou pour les entreprises souhaitant engager des jeunes séniors ou des séniors, www.beboomer.com est le site répondant à leurs besoins.