Les relais gérontologiques du Morbihan renforcent le dispositif des Clic : l'expérience de la communauté de Questembert

Publié le par Orgris

Avec six centres locaux d’information et de coordination (Clic) répartis sur le département, plus de la moitié des Morbihannais âgés de 60 ans et plus bénéficient d'un centre de ressources fédérant le réseau gérontologique. Pour compléter ce dispositif et depuis son premier schéma gérontologique 2001-2005, le conseil général du Morbihan propose aux communautés de communes de mettre en place des "relais gérontologiques". Sur 27 communautés du département, treize ont souhaité mettre en place un relais gérontologique.

     Le relais de proximité écoute, informe, oriente, anime et coordonne

L’objectif de ces relais gérontologique est d’une part, de se rapprocher du terrain pour mieux orienter les seniors vers les services et aides adaptés à leurs besoins, d’autre part de coordonner plus finement les intervenants du secteur médical et social pour une prise en charge plus efficace des personnes. Dans le cadre de la convention annuelle établie entre le département et les communautés volontaires, celles-ci assument une mission minimale pour laquelle elles reçoivent une subvention départementale finançant un quart de poste d'un agent de catégorie B par canton. Hors du cadre de la convention, chaque intercommunalité est libre de développer des projets sur lesquels le département peut encore l'accompagner à hauteur de 20%.

   L’exemple du relais de la communauté de communes de Questembert

Créé en 2008, le relais gérontologique de Questembert couvre le territoire de la communauté (13 communes et 19.851 habitants) et bénéficie d’une subvention départementale correspondant à un demi-poste. Ainsi le relais assure chaque semaine des heures de permanence téléphonique, d'accueil physique ainsi que des déplacements à domicile. Une grande partie de demandes portent sur des hébergements, majoritairement définitifs, ou adaptés à Alzheimer. Formée à l’animation territoriale, Sylvaine Lepage, responsable du relais, décrit son approche : "Lors du premier contact avec la personne, je réalise une évaluation de ses besoins, complétée si nécessaire par une visite à domicile. L’objectif est de définir ce qui, dans l’organisation de l’aide, peut être modifiée pour faciliter sa vie quotidienne : adapter les plannings de l'aide à domicile et de l'aide soignante afin de pouvoir déplacer une personne corpulente par exemple. Ensuite, il faut que les professionnels et services concernés puissent intégrer ces propositions dans leurs pratiques. La difficulté majeure de mon travail réside là : dans la coordination des services et leur adaptation à la personne."

     Une convention de partenariat entre le relais et un réseau de santé spécialisé sur la gérontologie

Le relais est encore jeune et pas encore bien identifié par les habitants qui se tournent plus facilement vers les CCAS. De ce fait, il intervient souvent en deuxième position, pour apporter ses compétences sur des dossiers un peu complexes, comme ceux destinés à l'obtention d'une allocation personnelle d'autonomie (APA). Pour répondre à ces situations qui imbriquent des aspects sociaux et sanitaires, la communauté s'est associée avec le réseau de santé (1) du Val d'Oust. Spécialisé sur les questions gérontologiques, ce réseau est en lien avec un quart des partenaires professionnels du relais : kiné, médecins, podologues... Ce partenariat est encadré par une convention légère entre le relais et le réseau de santé. Ainsi les interventions au domicile sont réalisées conjointement par la coordinatrice du relais et un membre du réseau, ce qui permet d'effectuer sur le champ une évaluation globale de la personne. Le suivi de la personne s’effectue également en coordination étroite, grâce à un bilan au moins mensuel coordonné.

Pour la responsable du relais, ce mode de fonctionnement, a fait ses preuves en améliorant l'articulation et la communication entre les divers services. Son souhait serait de l’étendre à d’autres intervenants comme ceux du secteur social, pour le portage de repas, l’aide à domicile....

        Le relais de Questembert participe au développement territorial

En 2009, le relais a mobilisé un budget d'environ 57.000 euros, dont plus de 20% ont été accordées aux animations et formations territoriales. Coté animation, la responsable du relais fédère un groupe de travail réunissant professionnels de santé, élus et retraités, en vue notamment de mettre en place des actions de sensibilisation comme la "Semaine bleue".

Cet ancrage sur le terrain et ce travail d’animation servent non seulement le développement du relais, mais également le projet de territoire de l'intercommunalité. L'expertise gérontologique locale est souvent sollicitée par les autres services de la communauté : le réseau des médiathèques pour le portage de livres à domicile, le service déchets en vue de la communication accompagnant la mise en place d'une redevance incitative, le service aménagement du territoire.

Myriam Journet / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info, lundi 17 octobre 2011

 (1) Créés en 2002, les réseaux de santé sont financés par le fonds d’intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS), les réseaux de santé réunissent divers professionnels autour d'une problématique santé comme le diabète, les personnes âgées...

http://www.localtis.fr/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250262560500

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article