Les pôles "Vieillir au village" pour lutter contre l'isolement

Publié le par Orgris

"L'intelligence collective pour accompagner la longévité"

Vieillir au Village est un dispositif collectif, créé à l'initiative de Fabiola di FalcoNoyer,  qui coordonne des réseaux d’habitants bénévoles pour développer et consolider les solidarités, assurer une veille de proximité à l'attention des plus âgés qui souhaitent continuer de vivre chez eux tout en restant reliés à la vie du village et de ses habitants. Les associations ainsi créés localement développent des services complémentaires à ceux qui existent sur le territoire par la mise  en  synergie des ressources.

Son point fort, le bénévolat, l'action intergénérationnelle, l’implication des habitants du territoire dans les actions à mener auprès des plus âgés.

Fabiola de Falco a fondé "Viellir au village" à partir d'un triple constat.

- La génération actuelle des plus âgés n’a pas pour habitude de demander de l’aide, habituées qu'elles ont été à se « débrouiller". Quand elles parviennent aux "limites du possible", il est souvent trop tard et sont parvenues à une situation d'urgence !

- L’isolement, l’exclusion sociale progressive de la personne vieillissante, l’essoufflement de l’aidant, l’absence d’un  environnement solidaire sont autant de facteurs  aggravants qui accélèrent l’entrée dans la « dépendance ».

- Les départements s’essoufflent financièrement. L'APA est financée à 75% par les départements, à 25% par l'Etat. 58 millions d’euros pour le département de la Drôme en 2008. Des solutions, moins onéreuses, mieux adaptées aux réalités économiques et sociales doivent émerger.

Pour définir son périmètre d'action " Vieillir au Village" réalise une analyse fine des besoins et attentes de la population âgée d'un territoire. C’est l’expression directe qui dicte les réponses à apporter. Les actions proposées correspondent aux valeurs qui ont précédé à la création du dispositif qui affirme que, viellir, c'est pouvoir  :

-   continuer d'exister en tant que personne dans le regard des autres, garder sa place dans la vie du village, dans la cité.

-   conserver le goût de vivre, le plaisir, le sentiment d’être utile

-   oser demander à être aidé sans crainte de perdre le contrôle de ses choix de vie

-   savoir que l’on peut être entouré avec amitié et chaleur même s’il y a peu de personnes dans l’entourage proche

 

Une étude action menée par l’équipe de recherche de l’Institut de Gérontologie Sociale sous la direction du Pr. Pitaud, sociologue et gérontologue, (Université Aix Marseille) a analysé le bien fondé d’un dispositif collectif tel que Vieillir au Village. Une évaluation en interne accompagnée par l’ERSP de Lyon a mis en évidence ses avantages et ses faiblesses.


Actions financées par l’Etat et la Région en 2006 et 2007

2 territoires sont couverts dans la Drôme par ce dispositif :

-Puy saint Martin , avec l' association "Vieillir au Village" créée en février 2001, dont Fabiola de Falco-Noyer est présidente,

-Grâne, avec l'association "Vieillir au Village", créée en mars 2009 dont la présidente, Janine Cartier est adjointe au maire.

Ces 2 associations "Vieillir au Village" réunissent 140 habitants bénévoles des deux communes,  20 élus, 10 professionnels, 2 EHPAD, 2 CLIC (Montélimar, Crest)

Les bénévoles de  « Vieillir au Village » sont pour la majorité de jeunes retraités qui cherchent à s’impliquer de manière citoyenne. A la croisée des générations, porteurs et transmetteurs de la mémoire identitaire du territoire qu’ils ont choisi, ils sont le « pivot » de la cohésion sociale et du lien intergénérationnel au quotidien.

Ils sont princialement motivés par l'envie de partage, d'être utiles aux autres, de s'impliquer dans la vie locale et depréparer activement active leur propre avancée en âge. Pour Vieillir au Village, le lien intergénérationnel s’inscrit dans l’échange  continu et réciproque qui donne un sens et un équilibre au don.

L'action des pôles "Vieillir au Village" comprend 3 volets :

- la prévention de l’isolement, création d’un environnement solidaire et maintien du réseau social : visites de compagnie, veille et entraide de proximité, ateliers divers, échanges de savoirs, covoiturage, appel téléphonique pour « prendre des nouvelles » etc…

- les services « à la carte », selon les besoins exprimés  : visites au crépuscule, repas à domicile, repas pris en commun, aide aux invitations,  accompagnement au transport, lien de nuit, sorties à la ville…

- le maintien de la proximité, utilisation des ressources locales entre les personnes âgées, bénévoles, aidants familiaux, professionnels, services, artisans…

La création d’un pôle Vieillir au Village nécessite :

- des moyens humains habitants bénévoles, élus des villages et un poste  de salarié « Agent de proximité »

- des moyens matériels : véhicule, un local, de l'équipement informatique comprenant internet, un téléphone fixe et portable, internet

- des moyens financiers de fonctionnement : 20 000€/an pour assurer l'animation des réseaux d’habitants bénévoles, les prestations de service, la coordination/relais  avec les professionnels du territoire. Soit 200€/personne/an pour un bassin de vie qui comprend une centaine de personnes âgées de plus de 75 ans.

La pérennisation  économique du dispositif repose sur l’hybridation de  3 types de ressources : la vente de prestations de services aux personnes (ressources marchandes) ; des financements publics (ressources non marchandes), le bénévolat (ressources non monétaires).

Contact : Fabiola de Falco – Présidente Fondatrice de Vieillir au Village -  Formatrice  et conseillère en gérontologie fabioladefalco@gmail.com

agevillage,FG, mis à jour le 28/09/2009

http://www.agevillage.com/actualite-3796-1-Initiatives.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article