Les distances parcourues par les Français ne cessent d’augmenter

Publié le par Orgris

Les retraités ne sont pas à la traine

A partir de la dernière enquête nationale transports et déplacements, le commissariat général au développement durable dresse un panorama de la mobilité des Français sur la période 1994-2008. Parmi les enseignements de l’étude, on retient que les distances parcourues ne cessent d’augmenter.

Si la période 1982-1994 se caractérisait par un allongement des distances quels qu’en soient les motifs, entre 1994-2008 l’augmentation des distances parcourues repose uniquement sur la mobilité contrainte (domicile travail/études). C’est en effet la mobilité locale, c’est-à-dire les déplacements effectués dans un rayon de 80 km autour du domicile et sur le territoire national, qui connaît cet allongement des distances. Les distances parcourues restent stables pour la mobilité longue distance (plus de 80 km à vol d’oiseau autour du domicile).

    Homogénéisation des publics.

Les publics dont les déplacements quotidiens sont de plus en plus longs tendent à s’homogénéiser. Ainsi, les personnes traditionnellement plus mobiles (actifs occupés, élèves, étudiants) se déplacent un peu moins en 2008 qu'en 1994 alors que les moins mobiles, notamment les jeunes retraités, voient leur mobilité progresser souvent fortement. Les retraités se rapprochent également des actifs pour ce qui est des voyages à longue distance pour motifs personnels. Si cette mobilité a progressé dans pratiquement tous les groupes d’âge, la croissance a été particulièrement soutenue pour les personnes âgées de 55 à 74 ans : le nombre annuel de voyages personnels par retraité est passé de 3,3 à 4,6, soit une croissance annuelle de 2,4 % (contre respectivement 4,9 à 5,4 voyages annuels pour les actifs soit 0,7 % par an).

     Types de transports.

Pour ce qui est des modes de transport, le CGDD confirme la prédominance de la voiture pour la mobilité locale comme pour la mobilité à longue distance. Il met néanmoins l’accent sur la stabilisation des parts de la marche à pieds et du vélo dans les déplacements quotidiens, après une très forte baisse entre 1982 et 1994. Facilités par les opérateurs à bas coûts, les voyages aériens progressent deux fois plus vite que les voyages tous modes confondus. L’avion détient encore une faible part dans les voyages longue distance (5,7%) en revanche il a confirmé depuis 1994 sa pertinence pour ceux à très longue distance. La mobilité à longue distance est à l’origine de la plus forte augmentation des émissions de CO2 sur la période récente. Mais avec 99% du nombre de déplacements et 60% des distances parcourues c’est la mobilité locale qui est à l’origine de la plus importante part des émissions (70%).

Annabelle Boutet , publié le 08/02/2011 dans Projet de territoire, la Newsletter de ETD

http://www.projetdeterritoire.com/index.php/Espaces-thematiques/Services-a-la-population/Actualites/Les-distances-parcourues-par-les-Francais-ne-cessent-d-augmenter

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article