Les aînés bisontins, citoyens actifs - 25 Franche Comté

Publié le par Orgris

Pour réinventer le lien entre les générations dans la ville, Besançon créé «la coordination Jeunesse & Inter-âges». Cette coordination réunit au sein d’un service commun les politiques jeunesse et gérontologiques. Au service du Vivre-ensemble, cette nouvelle forme de gouvernance permet d’attirer plus facilement l’attention des élus, les incitant à repenser, avec les habitants, les différentes manières de concevoir et de soutenir la solidarité entre générations.

«La coordination Jeunesse & Inter-âges permet de puiser dans les capacités d’une génération pour aider une autre génération. En pratique, la coopération aide à la construction d’un projet, surtout au démarrage, puis laisse les acteurs s’autonomiser.» dit Jean-Pierre VINCENT, responsable de l'initiative de la Ville de Besançon,  . 

Fin 2002, 1500 retraités bisontins répondent à l’invitation du Maire à participer au «Rendez-vous de l’âge». Dans une logique de solidarité et d’engagement, ils se réunissent pour débattre de leur place dans la ville autour du thème «Nous avons tant à partager». Au cours de cette journée, ils décident de constituer une instance consultative de réflexion, de concertation et d’action : le Conseil des Sages. S’inscrivant dans le cadre d’une volonté politique forte de développer les dynamiques intergénérationnelles, l’ancienne coordination gérontologique est alors transformée progressivement en Mission «Inter-âges» au sein du CCAS. Le Conseil des Sages voit le jour en avril 2003. S’appuyant au début sur les résidants du logement foyer gérés par le CCAS, la Mission Inter-âges devient d’abord un service de démocratie participative, intégrant le Conseil des jeunes (CDJ), les Conseils de quartier (CCH) et le Conseil des Sages avant de devenir en 2009 un service de la ville à part entière : la «Coordination Jeunesse & Inter-âges».

       Les aînés bisontins, citoyens actifs

Depuis l’origine, les préoccupations et activités du Conseil des Sages (composé de 54 membres, soit autant que le Conseil municipal) dépassent largement ce groupe d’habitants. Visant à reconnaître aux plus âgés une place dans la cité en valorisant leur capacité d’expertise, d’engagement et de proposition , il se réunit tous les mois, dans le cadre de réunions aux thématiques variées : mémoire et transmission, place du bénévolat, conditions d’une vie harmonieuse pour tous dans la ville (via les politiques de la culture, du sport et de l’aménagement urbain). Force de proposition, de concertation et d’action pour un mieux Vivre-ensemble, le Conseil des Sages permet de :

- faire revivre la mémoire ouvrière avec l’édition d’un ouvrage sur les processus de transmission dans l’industrie horlogère («Le temps des horlogers», 2004), et d’un recueil des mémoires d’immigrés, réalisé au cours d’un séjour Atelier d’écriture rassemblant des jeunes, des résidants d’un foyer Sonacotra et des membres du Conseil des Sages, en partenariat avec la coopérative ouvrière La Fraternelle («D’une rive à l’autre», 2007) ;

- développer une approche citoyenne des transports urbains, dans le respect de l’environnement ;

- donner de l’espace à l’engagement associatif des seniors par la création de l’Espace Bénévolat-Besançon/Franche-Comté, en collaboration avec le Centre 1901. Les retraités mènent une double enquête, non seulement auprès des jeunes retraités et des nouveaux arrivants pour repérer les attentes des bénévoles potentiels mais aussi d’associations pour repérer leurs besoins.

Et, chaque année, depuis 2003, le CCAS continue d’organiser ce «Rendez vous de l’âge» et sollicite les propositions des participants à travers un questionnaire d’évaluation analysé par la mission évaluation. Les thèmes de ces journées sont variés : le lien entre générations, les plaisirs, la responsabilité personnelle et collective, l’engagement et la transmission.

      Du Conseil des Sages à la coopération Jeunesse & Inter-âges

Il a fallu un an pour passer de la «coopération Jeunesse» à la «coopération Jeunesse & Inter-âges» dont le rôle est de rassembler l’ensemble des associations de personnes âgées, accueils de loisir, groupes de jeunes, mutualités et autres groupes de la société civile. Ouvrant à la construction de valeurs communes autour du Vivre-ensemble, elle porte l’organisation de débats politiques et de projets intergénérationnels. A l’occasion de la «Journée européenne de la solidarité et de la coopération entre les générations», le 29 avril, une marche intergénérationnelle est organisée. Mais le plus souvent, il s’agit d’intégrer les personnes âgées à des projets jeunes déjà existants, comme par exemple :

- l’action “Age’Hissons” née à l’initiative de jeunes bisontins amenés à visiter des personnes âgées pendant l’été dans le cadre des chantiers «A Tire d’AILE», dispositif visant à faciliter l’accès aux loisirs des jeunes (la Ville valorise une action d’utilité sociale, sous forme de chèques vacances). Au moment du bilan d’évaluation, les jeunes se demandent comment faire davantage pour les personnes âgées le reste de l’année. Ils décident de monter un spectacle en 2009 avec la chorale du logement-foyer géré par le CCAS : les jeunes et les résidents interprètent à leur manière la célèbre « Chanson pour l’Auvergnat » de Brassens et une humoriste locale célèbre (la madeleine Proust) vient faire un sketch sur ce lien entre les générations. Le tout est filmé et le DVD produit sert aujourd’hui à sensibiliser les lycéens et les étudiants en travail social ou en école d’infirmières (IRTS, IFSI) à la nécessité de construire des ponts entre les générations.

- l’action “Vital Eté” programmée tous les mardis d’août 2010, rassemble une trentaine de personnes (retraités et familles) à titre expérimental. En lien avec la politique des sports, la politique de la ville et la direction gérontologique du CCAS et sa nouvelle «Maison des Seniors». Ce lieu ressource pour les seniors a été créé en 2010 et s’inscrit dans cette logique d’intégration des services et de décloisonnement : il ne s’agit pas de créer des activités spécifiques à la personne retraitée mais bien de créer du lien entre les générations, notamment entre les personnes retraités et les personnes plus âgées en perte d’autonomie.

        Impact(s) :

- Un nouveau mode de gouvernance (intégration de la coordination gérontologique au sein d’un pôle plus large) pour impulser une vision intergénérationnelle dans un grand nombre d’actions de la ville ;

- Valorisation d’une solidarité d’implication (bénévolat), complément nécessaire de la solidarité de droit.

      Partenaire(s) :

 

 

Publié dans Inter Génération

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article