L'accorderie de Chambéry ou la banque du temps

Publié le par Orgris

Les élus de Chambéry métropole (24 communes, 126.000 habitants) réfléchissent depuis plusieurs années sur la question des échanges et des monnaies alternatives. Ils ont encouragé, en 2009, la création de l'association "La monnaie autrement" pour porter différents projets de monnaies locales et en ont fait une proposition phare de l'agenda 21 de la ville. Une première expérience concrète d’échanges alternatifs a été engagée en novembre 2011 : il s'agit d'une accorderie.

Créé au Québec en 2002, le concept d'accorderie vient d'être importé en France. Il s'agit d'échanger toutes sortes de services et de savoirs en se servant du temps passé comme unité de compte. Six mois après le lancement de l'accorderie de Chambéry, 260 services sont proposés : ils vont de la coupe de cheveux à l'aide au déménagement en passant par l'aide aux devoirs ou aux déplacements... Il n'y a aucune circulation d'argent et quel que soit le service proposé, une heure de temps passée vaut une heure de temps reçue !l

Implication locale des initiateurs du projet

La coordinatrice de l'accorderie de Chambéry insiste sur l'atout que représente la forte implication locale des initiateurs du projet. "L’association 'La monnaie autrement', à l'origine du projet d'accorderie, est composée d'habitants du bassin chambérien impliqués dans le champ de l'économie sociale et solidaire, et de deux associations - le Secours catholique (délégation de Savoie) et la régie de quartier implantée dans les Hauts de Chambéry. Le local de l'accorderie est installé dans ce quartier populaire, et le tiers de nos 130 adhérents en est issu, les autres se répartissent dans toute l'agglomération. La mixité sociale, qui était l’un de nos objectifs, est atteinte."

   Accompagner les plus démunis

Développer la mixité sociale nécessite de se donner les moyens d'accompagner les "accordeur-e-s" qui en ont parfois besoin et de créer les conditions du vivre ensemble à l'accorderie. L'essentiel du budget du projet, environ 50.000 euros en 2012, est consacré à payer les salaires (1,5 équivalent temps) des deux permanentes. La fondation Macif y contribue à hauteur de 20.000 euros par an sur trois ans, la région Rhône-Alpes s'est engagée sur 25.000 euros sur deux ans et la ville de Chambéry sur 7.500 euros par an. A cela, il convient d'ajouter l'investissement en temps de tous les accordeur-e-s pour faire vivre l'accorderie (comité d'animation, sessions d'accueil, tenue des permanences, etc.). Les personnes ne sont pas rémunérées mais ne sont pas non plus bénévoles : leur compte temps est crédité du nombre d'heures qu'elles consacrent à l'association. L'accorderie, forte de cette structure, répond à des besoins multiples, en contribuant à la lutte contre l'exclusion, tout en étant créatrice d'activité économique et de lien social.

    Aller plus loin avec une monnaie locale

Pour Henri Dupassieux, adjoint au maire de Chambéry et vice-président de Chambéry métropole, l'accorderie est un bon début mais il convient d'aller plus loin : "Nous travaillons actuellement sur deux outils complémentaires à l'accorderie, avec d'une part l'émission d'une monnaie locale complémentaire à l’euro (Sol) en vue de valoriser l'économie locale, solidaire et les circuits courts ; et d'autre part sur un dispositif de valorisation de l'engagement citoyen à l'échelle de l'agglomération."

Luc Blanchard, Studio Graph, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info, mis en ligne le lundi 16 juillet 2012 dans la lettre de mairie conseil

Contacts : Chambéry Métropole, 106, allée des Blachères (Landiers Nord), 73026 Chambéry Cedex
tél. : 04 79 96 86 00

Dupassieux Henri, Vice-président chargé des transports et du développement de l'intermodalité

La monnaie autrement, Association porteuse de l'accorderie- 531, square du Dr Zamenhof
73000 Chambéry, tél. : 04 79 96 13 49
, Ducasse Marion, Coordinatrice

 

 

Publié dans Services

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article