Colocation pour seniors expérimentée par le CCAS de Caen – Basse Normandie – 14 -

Publié le par Orgris

Colocation pour seniors expérimentée par le CCAS de Caen – Basse Normandie – 14 -

Le CCAS de Caen, qui gère dix établissements d’hébergement pour personnes âgées, complète son offre en expérimentant un appartement en colocation réservé aux seniors. Une solution originale de maintien à domicile qui pourrait se développer.

Dans le cadre du Clic de Caen, en partenariat avec le conseil général du Calvados, le CCAS de la ville de Caen (110.000 habitants) expérimente des innovations sociales en faveur des personnes âgées, en mettant en place par exemple un centre de ressources pour les aidants familiaux ou encore un relais d’assistants de vie. Depuis 2012, la colocation seniors, gérée par le CCAS, propose une solution intermédiaire entre domicile et foyer-logement. Si des colocations seniors informelles ou associatives existent déjà, le projet de Caen est le premier à être porté par une collectivité locale.

    Profiter de grands logements vacants et rompre le sentiment d’isolement

Dans le cadre d’un projet de développement territorial du quartier du Chemin vert, l’Opac Caen Habitat a constaté qu’il avait de plus en plus de mal à louer de grands appartements de type T5 ou T6. Parallèlement, le bailleur social a repéré les difficultés qu’ont nombre de retraités à assumer les charges d’un appartement très grand et le sentiment d’isolement que ressentent certains après le départ des enfants hors du logement familial. Ces deux problématique - rompre l’isolement et remédier à la vacance des grands logements - ont nourri la réflexion autour de la colocation pour seniors lancée par le CCAS dès 2009. Le projet est validé par les élus de la ville de Caen en 2010. Dans la foulée, le CCAS lance une enquête auprès des associations de retraités, qui confirme l’intérêt de ces derniers pour cette initiative. Une première opération expérimentale est lancée en 2011, avec un logement de type T5, mis en colocation pour des personnes retraitées de 60 ans et plus. La colocation, lancée au 1er octobre 2011, a trouvé ses premiers colocataires au premier trimestre 2012, des personnes âgées avec de faibles revenus, qui partagent des moments de vie et de loisirs.

    Imaginer un montage juridique pour une sous-location

"Le montage juridique de l’opération n’était pas évident, précise directrice des services aux retraités et personnes âgées du CCAS, Reine Awadé. La solution imaginée a consisté à passer un contrat de location entre Caen Habitat et le centre communal d'action sociale pour que ce dernier puisse ensuite établir des contrats de sous-locations avec chaque senior logeant dans le logement partagé." Dans un second temps, une négociation avec la Caisse nationale d’allocations familiales a ouvert le droit aux allocations logements aux colocataires, grâce à un statut dérogatoire.

     Bon fonctionnement du partenariat CAEN HABITAT et CCAS

Pour le choix du logement, le CCAS avait imposé au bailleur social plusieurs critères d’accessibilité et de localisation : proximité avec les services, les commerces et les moyens de transport. Situé dans un immeuble doté d’un centre commercial, au rez-de-chaussée, rampe d’accès, l’appartement de 128 m2 comprend trois chambres et un séjour. Le bailleur social Caen Habitat a financé les travaux d’adaptation, notamment la transformation de la baignoire en douche, à hauteur de 5.850 euros. Le CCAS a équipé les parties communes pour un montant de 7.000 euros, financés grâce à une subvention de la Fondation de France. Chaque colocataire meuble sa chambre à son goût et paie un loyer de 320 euros par mois, charges comprises.

    Atout supplémentaire : bénéficier des services et de la gestion d’un foyer résidence

"Dernière étage de la fusée : nous avons rattaché le système de colocation à l’établissement d’hébergement pour personnes âgées autonomes du quartier, indique la directrice. Grâce à ce principe, les personnes logeant en appartement partagé ont accès aux services de l’Ehpa du Chemin vert tout proche, notamment la restauration et les animations. Autre avantage de taille: la gestion de la colocation est assurée par le biais du responsable de l’Ehpa, qui peut intervenir en cas de besoin de médiation."

Levier de réussite : des colocataires tentés par la vie commune

La colocation permet de rompre l’isolement et de faire des économies, mais elle présente aussi ses contraintes liées à la vie commune. "Gare à l’erreur de casting, alerte la directrice de ce service au CCAS. Il faut privilégier plutôt de jeunes seniors ayant une réflexion sur le développement durable et l’envie de mutualiser l’énergie et le logement, sur le modèle des Babas Yagas de Montreuil." Ainsi, une colocataire âgée de 79 ans a quitté le logement après seulement quelques mois, faute d’avoir pu s’adapter à la vie en colocation.

Le CCAS envisage d’ouvrir d’autres colocations, adossées à ses établissements d’hébergement répartis dans les quartiers de la ville. Fort de cette première expérience, le choix se porterait plutôt sur une maison, avec deux toilettes au moins et un nombre paire de colocataires, entre deux et quatre. De quoi vieillir chez soi, sous les regards bienveillants de ses colocataires.

En novembre 2013, l’Observatoire national de l’innovation publique a décerné un Territoria d'or au projet de colocation seniors dans la catégorie "Services aux personnes".

Un Clic, c’est quoi ? Pour en savoir plus sur le centre local d’information et de coordination : http://clic-info.personnes-agees.gouv.fr/clic/construirePageLogin.do

Publié dans la news de Mairie conseil, le 16 juin 2014

http://www.mairieconseils.net/cs/ContentServer?pagename=Mairie-conseils/MCExperience/Experience&cid=1250267222834

 

Commenter cet article