17% des retraités parmi les autoentrepreneurs…

Publié le par Orgris

Dans un article Logo-Le-Monde-N-B-.jpg du 15 décembre, Jérôme Fénoglio fait état d'un sondage pour l'observatoire des autoentrepreneurs

Phénomène de société », « raz-de-marée », « révolution » : le nouveau régime de l'autoentrepreneur suscite chez ses promoteurs une surenchère verbale à la hauteur de l'envolée de ses chiffres. Ceux-ci traduisent un réel engouement pour ce dispositif qui permet de créer sa propre activité professionnelle, principale ou complémentaire d'un autre emploi, avec des démarches très simplifiées et des charges sociales et fiscales progressives. Depuis son entrée en vigueur, le 1er janvier, ce régime a attiré plus de 263 000 personnes fin octobre, selon le dernier bilan de l'Insee. A la fin de l'année, la France devrait compter plus de 300 000 autoentrepreneurs, contre un objectif initial de 200 000. D'après tous les observateurs, la dégradation du contexte économique et social a joué, au contraire, un rôle majeur dans le succès de la mesure. Choisie à défaut d'autres possibilités, facilitée par l'essor d'Internet, l'autoentreprise apparaît comme une solution provisoire pour traverser des temps difficiles. Les demandeurs d'emploi, allocataires de minima sociaux, ou les personnes sans revenu, représentent près de la moitié des effectifs, selon un sondage réalisé par OpinionWay pour l'Observatoire de l'autoentrepreneur, rendu public mercredi 9 décembre.

Les jeunes diplômés qui ne parviennent pas à s'insérer dans le monde du travail, les retraités insatisfaits du montant de leur pension, semblent également être de plus en plus nombreux à tenter leur chance. Ces derniers représentent déjà 17 % des effectifs inscrits dans le dispositif, selon le sondage.

Même parmi les salariés à temps plein (29 % des effectifs d'après le sondage), ceux qui optent pour une activité complémentaire ne cherchent pas tous uniquement à respecter le dogme « travailler plus pour gagner plus ». Le désir de rentabiliser un hobby, de s'aménager un espace de liberté en devenant son propre patron, peut traduire un mal-être dans l'entreprise traditionnelle. Avec une moyenne de 44 ans, selon le sondage, le régime a particulièrement attiré les classes d'âge touchées par ces frustrations.……

pour lire l'article, voir Logo-Le-Monde-N-B-.jpg du 15 décembre ou attendre la diffusion dans BIPLAN en janvier.

 

Commenter cet article