L’hypothèse des grands-mères, en fin du dossier  « Pourquoi l’espérance de vie des Français plafonne »

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires, dans une société pour tous les âges

L’hypothèse des grands-mères,

En marge de l’article de Nathaniel Herzberg «Pourquoi l’espérance de vie des Français plafonne », dans le supplément Sciences et médecine « du Monde » du mercredi 20 février 2019, nous pointons cette étude particulière, sur les grands mères 

 Dossier : Depuis quatre ans, le compteur est bloqué : 79,4 ans pour les hommes, 85,3 pour les femmes en 2018.  Après un gain de trente ans au XXe siècle, ce coup d’arrêt surprend. Environnement, alimentation, niveau de vie : la dégradation de ces facteurs pourrait-elle expliquer ce retournement ? 

lisez le dossier en entier, il est passionnant…

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/02/19/pourquoi-l-esperance-de-vie-des-francais-plafonne_5425324_1650684.html?xtmc=esperance_de_vie&xtcr=2

 

L’hypothèse des grands-mères : 

Pourquoi les femmes vivent-elles si longtemps ? Même émanant d’un homme, cette question n’est pas qu’une affaire de jalousie. Elle touche en réalité à la théorie de l’évolution. Reformulons-la : pourquoi les femmes vivent-elles si longtemps… après la ménopause ? Les êtres vivants, on le sait, ont pour principal objectif la transmission de leurs gènes. Dès lors, dépenser des années de vie après la période de fertilité a de quoi surprendre.

Deux articles, publiés le 7 février dans la revue Current Biology,viennent nourrir ce que les théoriciens ont nommé l’« hypothèse des grands-mères ». La première, réalisée par l’université de Turku, s’est penchée sur les registres paroissiaux de la Finlande préindustrielle. Elle a constaté que la présence d’une grand-mère augmentait sensiblement les chances de survie des nouveau-nés.

Dans la seconde, les chercheurs de l’université Bishop’s, au Canada, ont analysé les registres des premiers colons français de la Belle Province, aux XVIIe et XVIIIe siècles. La présence d’une grand-mère augmente, en moyenne, de deux le nombre de naissances et d’un le nombre d’enfants dépassant l’âge de 15 ans. Cet avantage impose deux conditions, toutefois : les grands-mères doivent vivre à proximité de leurs petits-enfants et être âgées de moins de 75 ans. Passé cette limite, le ticket évolutif n’est plus valable.

L’hypothèse des grands-mères, en fin du dossier  « Pourquoi l’espérance de vie des Français plafonne »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article