Un Français sur deux pense déménager à sa retraite

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Alors que la part des retraités qui envisagent de vivre à l’étranger ne cesse d’augmenter, un sondage réalisé par le Crédoc à la demande du magazine « notre temps » révèle quant à lui qu’un Français sur deux serait tenté par un changement de région à l’heure de la retraite. Toutefois, s’il est plus facile de déménager dans l’hexagone que de s’expatrier, le projet doit être minutieusement préparé pour ne pas tourner au cauchemar !

Des motivations très différentes

Le passage à la retraite marque une période bien particulière de la vie. Si la retraite se caractérise de nos jours par la mise en place de grands projets de vie, elle met aussi en évidence certains bouleversements significatifs tant au niveau social que financier. Il y a encore quelques années, les raisons d’un déménagement en province étaient le plus souvent motivées par un besoin de retour dans sa région d’origine, de jouir à temps complet d’une résidence jusque-là secondaire ou encore de se rapprocher d’un climat plus clément. Pourtant on voit apparaître aujourd’hui une nouvelle catégorie de candidats à l’exil régional. Une catégorie constituée de Français moyens qui, face à la baisse de leur pouvoir d’achat, se dirigent en province pour des raisons purement économiques.

Car la question financière est quoi qu’on en dise un aspect primordial pour des milliers de retraités. Qu’ils soient propriétaires ou non, beaucoup d’entre eux voient leurs dépenses de logement ou d’impôts locaux devenir des freins à une bonne qualité de vie. Issus majoritairement des grandes agglomérations où les loyers deviennent prohibitifs, ils constatent que des logements similaires au leur sont bien plus abordables dans des villages ou villes moyennes.

Les principaux critères à retenir

D’après les sondages, le logement arrive en première position des préoccupations des seniors. Mais beaucoup d’autres aspects revêtent une certaine importance selon les personnes interrogées. En dehors de l’habitat, on compte 6 grands critères pour définir l’endroit où elles aimeraient vivre :

1. Le cadre de vie général : douceur du climat, niveau de pollution, proximité de la mer, de la montagne ou d’espace verts ainsi que la sécurité.

2. La santé est également prise en compte : présence au niveau local de structures médicales comme les hôpitaux, centres de soins, maisons de retraite mais aussi bonne implantation de médecins généralistes et spécialistes ou encore celle d’infirmiers.

3. Le lien socio-économique : Il est défini par la proximité de commerces, de membres de la famille, d’amis ou de voisins qui permettent de ne pas s’isoler. La présence d’administrations, d’associations ou encore de sociétés de services à la personne pour garantir un maintien à domicile en toute sécurité.

4. Les transports : Leur présence est importante pour ceux qui n’ont pas de véhicule. Le nombre de lignes de transport urbain (tramways, bus, trains) ainsi que leurs tarifs est un élément majeur pour se déplacer sans contrainte.

5. La culture : Etre la retraite n’implique pas de se couper des activités comme le cinéma, les spectacles, les bibliothèques, musées ou lieux d’expositions.

6. Le sport : Résider dans une ville dynamique et sportive peut aussi avoir son importance pour beaucoup de retraités. La présence de clubs seniors et d’associations, d’infrastructures sportives telles que piscines, stade, gymnase et pistes cyclables sont autant d’atouts, non seulement pour garder la forme mais également participer à la vie de la commune.

Habiter en ville ou dans un village ?

Après plusieurs décennies passées dans une grande métropole, on a bien souvent envie de retrouver le calme de la campagne ou de savourer les paysages du bord de mer. Le réflexe de bon nombre de seniors est de se rapprocher de régions qu’ils connaissent déjà (souvent celles d’où ils sont originaires où encore celles où ils avaient l’habitude de passer leurs vacances). On a cependant tendance à oublier qu’en hiver et en automne ces endroits n’ont parfois plus les mêmes charmes qu’en été. Si certaines villes sont prises d’assaut au premier rayon de soleil, elles sont régulièrement désertées en basse saison et voient beaucoup de commerces fermer leurs portes. Dans ce cas, le calme tant désiré peut s’avérer plus pesant qu’on ne le pensait !

Bénéficier d’un coût de la vie plus avantageux sans pour autant s’isoler est la clé. On retrouve généralement cette bonne adéquation dans les villes de taille moyenne. Preuve en est, les communes dont le nombre d’habitants est compris entre 10 000 et 20 000 ont la faveur des seniors retraités.

La région idéale ?

Sa nouvelle région d’adoption dépend bien entendu des critères que l’on fait passer en priorité. On note cependant que pour les habitants du bassin parisien, les villes de Normandie et des bords de Loire sont très prisées. Elles ont l’avantage d’être proches de la capitale tout en conservant leur charme provincial.

Une autre tendance, plus nationale, voit un engouement pour les grandes villes de l’Ouest de la France. De la côte Bretonne à la côte Basque, des villes comme Brest, Nantes, La Rochelle, Bordeaux ou encore Bayonne ont recensé un fort accroissement de l’implantation de retraités. L’air vivifiant de l’Atlantique n’y est peut-être pas étranger mais leur succès tient avant tout à des prix de logements abordables (en comparaison avec les villes du Sud-Est).

Enfin, depuis 2010, les départements du Lot, du Var ou des Pyrénées-Orientales estiment à 34% la part des pensions de retraites dans le revenu déclaré à l’administration fiscale (contre 23,5% en moyenne sur l’ensemble du territoire*). Ce qui prouve que malgré des coûts un peu plus élevés, le taux d’ensoleillement et la douceur de vivre du Sud de la France font encore recette.

Publié le 27 février 2017 par l’écho des Seniors

http://l-echo-des-seniors.fr/2017/02/27/un-francais-sur-deux-pense-demenager-a-sa-retraite/

Un Français sur deux pense déménager à sa retraite

Commenter cet article