1,3 million d'associations, 1,9 million d'emplois salariés et 23 millions de participations bénévoles

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

L'Insee vient de publier un quatre pages de repères sur le monde associatif. Les données portent sur 2013 et sont issues de la vaste enquête réalisée fin 2014 par l'Insee auprès de 34.400 associations.

Ces associations sont avant tout des acteurs locaux : 42% d'entre elles interviennent à l'échelle d'un immeuble, d'un quartier ou d'une commune, 27% sont actives au niveau intercommunal, 14% au niveau départemental et 17% au niveau régional ou suprarégional.

    12% des associations ont des salariés, souvent un ou deux

"Neuf associations sur dix fonctionnent sans salarié", titre la publication. Plus exactement, sur les 1,3 million d'associations actives en 2013, 161.000 employaient des salariés, soit 12% du total. La présence de salariés est fortement liée au domaine d'activité. Ainsi 83% des 5.100 associations d'hébergement social ou médico-social en comptent. Les associations employeuses sont relativement nombreuses dans l'action sociale, l'enseignement et la gestion de services économiques (entre 20 et 30%).

Dans d'autres domaines, comme le sport et les loisirs, les associations pèsent relativement moins lourd – respectivement 12% et 4% - mais sur des effectifs plus importants – respectivement 307.500 et 281.300 associations.

Plus de la moitié des associations employeuses ont seulement un ou deux salariés. "Au total, fin 2013, les associations s'appuient sur 1,9 million d'emplois salariés, un même salarié pouvant occuper plusieurs emplois." Là encore, le nombre d'emplois est lié au domaine d'activité. L'action sociale, l'hébergement social et médico-social et la santé regroupent ensemble 60% des emplois salariés, "alors qu'ils ne représentent que 21% des associations employeuses". La moitié des emplois associatifs sont à temps partiel, le recours au temps partiel atteignant 70% dans les domaines du sport et de la culture.

    23 millions de participations bénévoles dans des associations en 2013

En dehors de leurs salariés, 4% des associations "recourent à des intérimaires ou des volontaires du service civique" – cette catégorie commune est étonnante, les intérimaires pouvant davantage être associés aux salariés et les volontaires du service civique aux bénévoles. En outre, 17% des associations s'appuient sur "d'autres travailleurs comme des stagiaires" et "13% bénéficient de personnels mis à disposition par d'autres organismes publics ou privés", en particulier dans les secteurs de l'enseignement et de la formation.

Surtout, "la quasi-totalité des associations recourt au bénévolat". 23 millions de "participations bénévoles" étaient recensées en 2013, "dont 21% dans les associations employeuses". En tout, "le nombre d'heures bénévoles correspondrait à 467.000 emplois en équivalent temps plein dans les associations non employeuses et 213.000 dans les associations employeuses, soit 15% du volume de travail des salariés de ces dernières". Ce sont les associations sportives qui s'appuient le plus sur des bénévoles.

    La première ressource des associations : les recettes d'activités privées

En 2013, les ressources des associations s'élevaient à 104 milliards d'euros et étaient, sans surprise, concentrées à hauteur de 90% dans les associations employeuses. "Les structures budgétaires diffèrent fortement selon que l'association est employeuse ou non." En effet, "les cotisations des adhérents ne contribuent que pour 8% au budget des associations employeuses, mais pour 35% à celui des non-employeuses". A l'inverse, "pour les recettes d'activités publiques, ces proportions sont de 30% et 4%". Les associations employeuses reçoivent également davantage de subventions publiques que les non employeuses, mais moins de dons privés. Toutefois, avec ou sans salarié, les associations ont pour première ressource les recettes d'activités privées (autour de 33% de leur budget).

Le volume et la structure de ces ressources varient cependant aussi selon les secteurs. Les trois domaines employant le plus de salariés - l'hébergement social ou médico-social, la santé et l'action sociale – détiennent la moitié des ressources associatives. Et "leur premier mode de financement provient de recettes d'activités publiques (respectivement 61%, 47% et 36%)".

Alors que les associations culturelles vivent d'abord des subventions publiques, les associations de gestion et de services économiques et les associations de loisirs sont financées pour moitié par des recettes d'activités privées. Les associations sportives et de défense de causes comptent à la fois sur ces recettes d'activités privées et sur les cotisations de leurs adhérents.

Caroline MeggléPublié par localtis le vendredi 1 avril 2016

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270551366&cid=1250270540561

tout le document avec le lien : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1587

_____________________________________________________________________________________

UN GUIDE DE LA SUBVENTION EST PARU

Le ministère en charge de la vie associative a récemment publié son "Guide d'usage de la subvention", http://www.associations.gouv.fr/Guidesubvention.html qui avait été annoncé par la circulaire de septembre 2015 du Premier ministre sur les relations entre pouvoirs publics et associations. Y figurent un rappel du cadre juridique, des "facteurs de réussite de la collaboration entre associations et collectivités" et des exemples de partenariats. Le guide ne concerne que les subventions de fonctionnement. 

_______________________________________________________________________________________

Complérez le dossier avec La 13ème édition de La France bénévole, qui pointe les changements depuis 2010 pour mieux accompagner associations et bénévoles Elle s’appuie sur deux enquêtes menées en 2016, avec des questions identiques déjà posées en 2010 :

- une enquête IFOP pour France Bénévolat et Recherches & Solidarités auprès de 3 156 personnes interrogées en janvier 2016, pour déterminer le pourcentage et le profil des bénévoles, parmi les Français ;

- une enquête Recherches & Solidarités : 6 667 bénévoles interrogés en mars – avril 2016, pour préciser et comprendre les comportements des bénévoles.

http://www.recherches-solidarites.org/media/uploads/la-france-benevole-2016.pdf

http://www.recherches-solidarites.org/etudes-thematiques/benevolat/

Commenter cet article