VELLE-SUR-MOSELLE : UN PROJET IMMOBILIER AUDACIEUX SÉLECTIONNÉ À LA BIENNALE DE VENISE – 54 -

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Quand l'architecture intégre le social…

"Un village lorrain prend en main cinq logements, en mêlant des seniors avec des jeunes familles dans le prolongement d'une ferme, massive, profonde. Dans l'axe d'une rue du bourg, le pignon demeure, son expression est à peine décalée par l'apparition de quelques fenêtres sur un plan d'ardoises de fibrociment",

La municipalité a transformé un ancien corps de ferme, mitoyen au bâtiment de la mairie, en trois studios autonomes de plain-pied complétés d'une grande pièce commune pour offrir une alternative à la maison de retraite. Les niveaux supérieurs seront, eux, transformés en deux logements trois-pièces classiques en duplex.

Un trou, une faille, une tranchée… Une idée. Une idée si audacieuse, et manifestement si pertinente, qu’elle vaut à un petit village de 308 âmes d’être mentionné, et même célébré, à la 15e Biennale internationale d’architecture de Venise. Pour son étonnant projet immobilier.

"L’architecture où on ne l’attend pas", commentent les commissaires du Pavillon Français : La vie domestique se tourne au sud dans une césure captant le soleil : la ferme a subit une métamorphose discrète et vitale, cinq familles s'installent, la vie continue.

« Au départ, il s’agissait pour nous de proposer des solutions d’habitat, et en particulier à l’intention de personnes âgées dont les domiciles ne sont plus adaptés à leurs besoins », raconte Évelyne Mathis, maire de Velle. « On a par exemple des veuves seules dans des grands corps de fermes. Pour elles, ce n’est plus très vivable. Seulement, on voulait offrir une alternative à la maison de retraite. » Voilà pour l’aspect social qui présidait au débat.

Côté pratique, un lieu était disponible. Un corps de ferme, justement, mitoyen au bâtiment de la mairie, dont la propriétaire venait de décéder. La municipalité a préempté et vu l’occasion d’y agencer trois studios autonomes de plain-pied complétés d’une grande pièce commune (pour se réunir et recevoir des proches). Les niveaux supérieurs seront, eux, transformés en deux logements trois-pièces classiques en duplex.

Le paradoxe des fenêtres

L’appel d’offres est lancé, huit propositions sont faites… dont celle de GENS architecte, cabinet nancéien qui a fait la différence. « Le volet sociétal autour des personnes âgées nous a intéressés d’emblée », raconte Guillaume Eckly, l’un des responsables de l’agence. « Le problème, c’est que la seule façade extérieure était exposée plein Nord. Un grand pignon aveugle lorrain typique, qu’on a désiré conserver. Tout en le recouvrant d’ardoise. Là où on a joué à contre-pied, c’est en créant une trouée au milieu, une traversante. »

À l’intersection de la ferme et de la mairie a été en effet imaginée cette fameuse faille, cette « perçante », creusée d’Est en Ouest sur toute la longueur, depuis le toit jusqu’à mi-hauteur. Dont non seulement les architectes ont fait un accès aux logements du haut, et surtout une inattendue source de lumière. Renforcée par un bardage alu réfléchissant du plus bel effet.

Et dans ce même « couloir aérien » sont dessinés deux carrés de terrasse dont les premiers occupants se sont immédiatement emparés pour installer leur salon d’été. Car dans ce couloir, en effet, on peut bronzer.

« Et c’est un peu le paradoxe du projet », poursuit Guillaume Eckly. « On crée de très grandes fenêtres qui donnent sur un mur… » En une faille transformée en puits de lumière.

Ni froide, ni ascétique

Quant à l’intérieur, tout a été fait pour que l’approche contemporaine très épurée (tout est au blanc) soit ponctuée de clins d’œil chaleureux. Avec notamment un encadrement de bois découpé façon dentelle sur l’une des portes-fenêtres. « Une architecture contemporaine pas pour autant froide ni ascétique », décrypte l’homme de l’art. « Et je peux vous dire qu’on n’a eu absolument aucun mal à trouver des locataires », complète Évelyne Mathis. « En haut, c’est occupé. En bas, les trois futurs occupants piaffent littéralement d’impatience. » Et la liste d’attente est déjà ouverte !

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-agglomeration/2016/06/11/velle-sur-moselle-un-projet-immobilier-audacieux-selectionne-a-la-biennale-de-venise

VELLE-SUR-MOSELLE : UN PROJET IMMOBILIER AUDACIEUX SÉLECTIONNÉ À LA BIENNALE DE VENISE – 54 -
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article