Une Maison de retraite qui est aussi une résidence universitaire - The Nursing Home That's Also a Dorm

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Une Maison de retraite qui est aussi une résidence universitaire

Aux Pays Bas grand nombre de maison de retraite et de soin aux personnes âgées sollicitent l'arrivée d'étudiants, pour des échanges qui profitent à tous.

Sur le chemin du retour de ses cours, Jurriën Mentink fait un léger détour pour ramasser quelques filets frais à la poissonnerie. Son voisin aime le poisson et, depuis qu'il passe à vélo par le marché de toute façon, c'est pas un problème.

Après avoir payé, il re-saute sur son vélo et rentre à la maison. Il va rendre visite à son voisin, dîner, peut-être faire de travail scolaire ou se détendre pour regarder la télévision. Comme tout autre étudiant à l'université.

Sauf que samaison est une maison de soins pour personnes âgées. Et son voisin vient d'avoir 93 ans.

Mentink est l'un des six étudiants vivant au Center Humanitas de soins et de résidence, un centre de soins de longue durée dans la ville fluviale de Deventer dans la partie orientale des Pays-Bas. En échange de 30 heures de travail bénévole par mois, les étudiants sont hébergés gratuitement dans les chambres vides du centre.

Les étudiants aux Pays-Bas dépensent en moyenne 366 euros (environ 410 $) chaque mois sur le loyer, contre 341 euros en 2012. Les logements étudiants sont souvent petits ou tristes, et de plus en plus difficile à trouver. Amsterdam, par exemple, manquait de près de 9000 chambres d'étudiants l'année dernière.

Pendant ce temps, les établissements de soins de longue durée dans le pays sont confrontés à des problèmes particuliers. En 2012, le gouvernement néerlandais a décidé de cesser de continuer à financer les coûts des soins des citoyens âgés de plus de 80 qui ne sont pas dans le besoin. Un grand nombre d'adultes vieillissants, qui avait déjà bénéficié d'un billet de prise en charge complète gratuite dans une maison comme Humanitas, se sont trouvés incapables d'en assumer les coûts.

Cette décision a fait diminuer le nombre de personnes à la recherche de communautés de soins de longue durée, et cela rend difficile à ces communautés de rester à flot. Pour Humanitas si on voulait survivre dans ce nouvel contexte, il avait besoin d'une solution. Une solution qui ne coûterait pas aux résidents plus qu'ils payaient déjà.

"C'est quand je pensais à un groupe d'autres personnes dans ce cas, les étudiants-qui aussi n'ont pas trop de resources », dit Gea Sijpkes, directrice et chef de la direction au Humanitas.

"Si ils pouvaient accéder à une chambre dans Humanitas, ils n'auraient pas à emprunter autant d'argent pour leurs études. Par ce montage, j'ai des jeunes gens dans la maison, et cela rend la maison Humanitas plus chaleureuse et plus agréable, un lieu ou tous ceux qui ont besoin de soins  voudraient vivre ".

Dans le cadre de leur accord volontaire, Mentink et les autres élèves passent du temps à apprendre aux résidents de nouvelles compétences, comme le courrier électronique, les médias sociaux, Skyping, et même l'art du graffiti…

Pour les résidents, les étudiants représentent un lien avec le monde extérieur. Quand les élèves arrivent à la maison au retour d'un cours, d'un concert, ou d'une fête, ils partagent ces expériences avec leurs voisins âgés. La conversation passe de leurs douleur à participer à la préoccupation de savoir si la petite amie du voisin étudiant va rester la nuit.

Les recherches sur les liens entre la solitude, le déclin mental, et la mortalité mortalité accrue, et l'interaction sociale régulière avec des amis et la famille a été trouvé pour améliorer la santé chez les personnes âgées. Dire bonjour, partager une blague, ce qui porte le poisson du marché: Ce sont les petites joies de la vie quotidienne que les élèves apportent aux personnes âgées à Humanitas. Mais il est pas toujours juste les petites choses.

Mentink se rappelle d'avoir été réveillé au milieu de la nuit par un membre du personnel : Une des résidentes avaient attaqué une infirmière. La résidente était extrêmement agitée et le personnel ne savait pas comment faire.«Quand elle m'a vu, elle a complétement changé d'attitude », se souvient Mentink. "Elle a été immédiatement détendue et heureuse de me voir." Mentink avait appris à la connaître tout en l'aidant à utiliser l'ordinateur. Ils ont passé le reste de la nuit à regarder Dirty Dancing avant que Mentink ne se rende au travail.

Le modèle de vie intergénérationnel commence à gagner en popularité. Depuis qu'Humanitas a ouvert ses portes aux étudiants en 2012, deux autres maisons de soins infirmiers aux Pays-Bas ont emboîté le pas. Et un programme similaire a été récemment introduit à Lyon, France.

Aux États-Unis, la communauté de retraite Judson Manor à Cleveland a commencé à acceuillir des étudiants des Instituts d'Art et Musique Cleveland il y a plusieurs années. Dans ces maisons  Humanitas, les étudiants sont intégrés au sein de la population résidente et ont accès aux mêmes commodités.

Pour gagner leur vie, ils participent, au Comité des arts musicaux, aident les thérapeutes du personnel et les bénévoles à organiser des événements tout au long de l'année. Judson leur demande aussi de donner des évaluations trimestrielles pour chacun de leurs trois campus.

Une étudiante de Judson a interrogé tous les résidents,  entretiens de plus d'une heure pour chacun d'eux, et compilé un livre de souvenir. Elle travaille maintenant sur un second volume pour inclure d'autres résidents.

Une autre étudiante est devenue si proche avec un résident qu'elle lui a demandé d'être demioselle d'honneur à son mariage..

Matthew Kaplan, professeur de programmes intergénérationnels et le vieillissement à l'Université d'Etat de Pennsylvanie, affirme que ces relations peuvent aller beaucoup plus loin que ce qui est possible avec «le one-shot-seule activité, où les enfants viennent dans l'établissement de soins de longue durée, chanter une chanson puis rentrer à la maison. "

Cela peut être agréable, dit-il, "mais ça ne conduit pas à  [les personnes âgées et les jeunes] une vraie relation pleine d'interaction et qui devient vraimentsignificative."

TIFFANY R. JANSEN 2 octobre 2015, publié sur CityLab

http://www.citylab.com/housing/2015/10/the-nursing-home-thats-also-a-dorm/408424/

La traduction a été assurée par Or Gris, en adaptant la traduction automatique de Google translator. Soyez indulgents !! Vous avez la version originale en anglais à la suite.

Une Maison de retraite qui est aussi une résidence universitaire - The Nursing Home That's Also a Dorm

The Nursing Home That's Also a Dorm

More retirement and nursing homes are asking college students to move in, an arrangement that benefits everyone.

On his way home from class, Jurriën Mentink takes a slight detour to pick up some fresh fillets from the fishmonger. His neighbor has an affinity for fish and, since he cycles by the market anyway, it’s really no trouble.  

After paying, he hops back on his bike and heads home. He’ll visit his neighbor, have dinner, maybe do some studying or kick back to watch TV. Much like any other university student.

Except home is a nursing home. And his neighbor just turned 93.

Mentink is one of six students living at Residential and Care Center Humanitas, a long-term care facility in the riverside town of Deventer in the eastern part of the Netherlands. In exchange for 30 hours of volunteer work per month, students are able to stay in vacant rooms there free of charge.

Students in the Netherlands spend an average of 366 Euros (roughly $410) each month on rent, up from 341 Euros in 2012. Student housing is often cramped or dingy, and is increasingly difficult to come by. Amsterdam, for instance, was short almost 9,000 student rooms last year.

Meanwhile, long-term care facilities in the country are facing problems of their own. In 2012, the Dutch government decided to stop funding continuing care costs for citizens over the age of 80 who weren’t in dire need. A large group of aging adults, who had once benefited from a free all-inclusive ticket to a home like Humanitas, found themselves unable to shoulder the costs.

The new ruling resulted in fewer people seeking long-term care communities, making it difficult for those communities to stay afloat. In order for Humanitas to survive in this new environment, it needed a unique selling point. One that wouldn’t cost residents any more than they were already paying.

“That’s when I thought of a group of other people—in this case, students—that also don’t have much money,” says Gea Sijpkes, director and CEO at Humanitas.

“If they could get a room in Humanitas, they wouldn’t have to borrow so much money for their study. At the same time, I have some young people in the house, which makes Humanitas the warmest and nicest home in which everybody who needs care would want to live.”

As part of their volunteer agreement, Mentink and the other students spend time teaching residents new skills, like email, social media, Skyping, and even graffiti art.

For the residents, the students represent a connection to the outside world. When the students come home from a class, concert, or party, they share those experiences with their elderly neighbors. The conversation moves from aches and pains to whether a student’s girlfriend will be staying the night.

Research links loneliness to mental decline and increased mortality, and regular social interaction with friends and family has been found to improve health in older adults. Saying hello, sharing a joke, bringing fish from the market: It’s the little joys of everyday life that the students bring to the seniors at Humanitas. But it isn’t always just the little things.

Mentink recalls being woken up in the middle of the night by a staff member. One of the residents had attacked a nurse. The resident was extremely agitated and nothing the staff did seemed to help.

“When she saw me, it was like 180 degrees around,” Mentink recalls. “She was instantly relaxed and happy to see me.” Mentink had gotten to know her while giving her computer help. They spent the rest of the night watching Dirty Dancing before Mentink headed off to work.

The intergenerational living model is beginning to gain in popularity. Since Humanitas opened its doors to students in 2012, two more nursing homes in the Netherlands have followed suit. And a similar program was recently introduced in Lyon, France.

In the United States, the Judson Manor retirement community in Cleveland started accepting students from the Cleveland Institutes of Art and Music several years ago. As at Humanitas, the students are integrated among the resident population and have access to all the same amenities.

To earn their keep, they participate in the musical arts committee, assist staff therapists, and volunteer at various events throughout the year. Judson also requires them to give quarterly performances at each of their three campuses.

One student at Judson interviewed every resident, spending over an hour with each one, and compiled a keepsake book. She’s now working on a second volume to include additional residents.

Another student became so close with a resident that she asked her to be the flower girl at her wedding.

Another student became so close with a resident that she asked her to be the flower girl at her wedding. The older woman declined, physically unable to make the trek to the West Coast, but threw a party for the couple at Judson instead.

Matthew Kaplan, a professor of intergenerational programs and aging at Pennsylvania State University, says these relationships can acquire far more depth than is possible with “the one-shot-only activity, where kids come into the long-term care facility, sing a song and then go home.”

That may be nice, he says, “but it’s not until [the older and younger people] have a real relationship—which takes a lot of interaction—that it becomes meaningful.”

                  TIFFANY R. JANSEN Oct 2, 2015, publié sur Citylab

http://www.citylab.com/housing/2015/10/the-nursing-home-thats-also-a-dorm/408424/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article