Les acteurs de l'ESS invités à s'atteler davantage aux défis du vieillissement

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

La Fonda et Futuribles International ont rendu publics, le 10 mai 2016 à Nanterre, les résultats de leur étude prospective sur "l'économie sociale et solidaire au défi du vieillissement démographique".

Or Gris participait à la première table ronde "Les seniors, acteurs des transformations sociales. L’ensemble des documents liés à ces travaux est désormais en ligne, n’hésitez pas à les diffuser avec 10 innovations décortiquées et un catalogue de 300 innovations en ligne : http://fonda.asso.fr/-Prospective-vieillissement-.html

"Le vieillissement est vu aujourd'hui comme une menace ou un marché", a introduit Hugues Sibille, président de la fondation du Crédit coopératif. Or, la Silver économie "se développe un peu, surtout pour les 10-15% des personnes âgées les plus fortunées", a ajouté Hugues de Jouvenel, président de Futuribles International.

Pour porter une approche différente - ni misérabiliste, ni lucrative, mais dynamique et innovante - du vieillissement, les acteurs de l'ESS ont des atouts. Ces derniers seraient notamment en meilleure position que les pouvoirs publics, pour Yannick Blanc, président de la Fonda, pour "sortir d'une vision statistique et administrative" et pour "faire une place aux personnes âgées [tout en] les traitant comme les autres".

Une Scic pour favoriser l'innovation sociale autour de la prévention

Le comité ayant travaillé sur l'étude (1) a ainsi identifié neuf grands défis liés au vieillissement : la santé, l'activité des seniors, les revenus et le patrimoine, les relations sociales, le soutien aux aidants, les lieux de vie, la mobilité, la participation citoyenne et la fin de vie. Portées par des acteurs de l'ESS mais pas seulement, quelque 300 initiatives destinées à répondre à ces défis ont été compilées. "Ces innovations introduisent de nouveaux produits ou services, améliorent les produits ou services existants, et/ou transforment les modes de gestion et de gouvernance sur lesquels s'adosse la construction de ces réponses."

Parmi les projets faisant l'objet d'une analyse plus détaillée, la société coopérative d'intérêt collectif (Scic) Innovill'âge a été créée en 2015 à l'initiative de la communauté d'agglomération du Grand Guéret (Creuse) pour favoriser l'émergence d'une dynamique d'innovation sociale autour de la prévention de la perte d'autonomie et le soutien aux aidants. Mise en place depuis quelques années sur le territoire (voir notre article du 29 juillet 2014), la filière domotique, essentiellement technologique, avait pu apparaître comme "hors sol". Animée par la Fabrique des territoires innovants, la Scic - qui réunit des acteurs publics et privés (2) - tente ainsi de mobiliser le plus grand nombre de partenaires et d'habitants autour de projets de tiers lieux, de mobilité ou encore de prévention-santé.

Promouvoir d'autres parcours d'activité tout au long de la vie

Des résidences intergénérationnelles inventives (à Lyon et Arras), une conciergerie de village pour compenser la fermeture des commerces et valoriser l'agriculture locale (à Saint-Pierre-de-Manneville, en Seine-Maritime) ou encore l'implication de personnes âgées dans l'adaptation de l'espace urbain à leurs besoins (à Gdynia, en Pologne) sont quelques uns des autres projets décrits dans l'étude.

Des "pistes stratégiques pour les acteurs de l'ESS" y figurent également. Ces derniers "peuvent contribuer à la diversification des formes et des parcours d'activité" : à travers une gestion "exemplaire" de leurs ressources humaines, en offrant aux seniors des possibilités de contribuer à leurs projets, en encourageant les jeunes à s'engager davantage dans des initiatives intergénérationnelles.

Dans la même approche de parcours de vie, "les organisations de l'ESS pourraient bénéficier de l'instauration d'un compte épargne temps permettant que les activités d'utilité sociale (bénévoles ou informelles) réalisées hors-salariat ouvrent droit à l'accès à des services répondant à des besoins immédiats ou à venir, notamment causés par la perte d'autonomie".

L'ESS a aussi un rôle à jouer dans "l'émergence d'un nouveau paradigme de soin" – approche globale et valorisation du lien social, décloisonnement entre les domaines d'intervention et coopération territoriale, valorisation inventive et raisonnée des potentialités du numérique et des données.

Caroline Megglé . Publié le jeudi 12 mai 2016 par localtis

(1) Un comité composé de représentants d'organisations nationales diverses : le Conseil national des chambres régionales de l'ESS (CNCRES), l'Avise, la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), la Direction générale de la cohésion sociale (ministère des Affaires sociales), la Caisse des Dépôts, des associations telles que les Petits Frères des pauvres, etc.

(2) La Scic est composée de l'université de Limoges, de la Fabrique des territoires innovants, de la MGEN, de la communauté d'agglomération du Grand Guéret, de la Sirmad (établissement de services de téléassistance de la fondation Caisses d'Epargne) et de Picoty et Energie Perspective (deux entreprises du secteur énergétique).

 

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270758353&cid=1250270754298

Commenter cet article