Les politiques publiques favorisent les plus vieux

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

En trente ans, les efforts de la nation se sont accrus pour les  de 60 ans, au détriment des moins de 25 ans.

Depuis trente ans, les politiques publiques en France ont globalement favorisé les personnes âgées de plus de 60 ans – les seniors – au détriment des jeunes âgés de moins de 25 ans. Tel est le constat que délivre France Stratégie, l’organisme de réflexion et d’expertise placé auprès du premier ministre, dans la note publiée jeudi 31 mars sur les politiques pour la jeunesse et le vieillissement, dans le cadre de ses études prospectives sur les enjeux de la décennie 2017-2027.

« L’effort de la nation est de plus en plus concentré sur les plus âgés », observent les auteurs de la note, Marine Boisson-Cohen et Pierre-Yves Cusset. Ainsi, en faisant la somme des dépenses de protection sociale et d’éducation, les plus de 60 ans recevaient 17,2 % du produit intérieur brut (PIB) en 2011 contre 11 % en 1979, soit une augmentation de 6 points, alors que dans le même temps les dépenses consacrées aux moins de 25 ans sont passées de 8,5 % à 8 %.

Certes, l’évolution démographique – le vieillissement de la population – en est pour partie responsable. Cependant, si l’on prend en compte ces dépenses rapportées au PIB par tête, celles-ci ont augmenté de 10 points chez les plus de 60 ans, de 8 points pour les 18-24 ans, de 4 points pour les 25-29 ans et de 2 points pour les moins de 18 ans.

« La concentration accrue des dépenses publiques résulte également d’un choix – au moins implicite – d’allocation des ressources publiques », en concluent les auteurs. Ils font observer qu’entre 1995 et 2010 les dépenses d’éducation ont progressé moins rapidement en France qu’en moyenne dans les vingt-trois pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) : + 16 % en France pour les dépenses d’enseignement supérieur contre + 50 % en moyenne dans l’OCDE ; + 5 %, contre + 10 %, pour les dépenses par élève dans l’enseignement primaire et secondaire.

 

Les politiques publiques favorisent les plus vieux

Difficultés d’accès à l’emploi

France Stratégie note toutefois que la dégradation de la situation des jeunes est « relative ». C’est-à-dire que « leur sort continue de s’améliorer par rapport à celui des générations précédentes [consommation et revenus supérieurs à ceux de leurs parents au même âge, plus hauts niveaux de qualification, espérance de vie plus élevée], mais il se dégrade par rapport à celui des seniors ».

Si la pauvreté a longtemps touché davantage les personnes âgées que les jeunes, la situation s’est aujourd’hui inversée. Le patrimoine est également de plus en plus concentré entre les mains des plus âgés.

Le « modèle social » français présente plusieurs caractéristiques. « L’accompagnement des transitions vers l’âge adulte reste principalement du ressort des solidarités familiales, l’accès des jeunes à l’indépendance économique est tardif et fragmenté, les relations sur le marché du travail et dans l’entreprise sont plus favorables aux travailleurs en place qu’aux nouveaux entrants »souligne la note. Or« si l’accompagnement de l’entrée dans l’âge adulte est laissé aux familles, cela favorise la perpétuation des inégalités sociales », ajoutent les auteurs.

Le risque majeur réside dans les difficultés d’accès à l’emploi. Entre 1978 et 2014, le taux de chômage dans les quatre ans suivant la sortie de la formation initiale est passé de 12 % à 20 %. Parmi les 15-24 ans en emploi, trois sur dix seulement bénéficient d’un contrat à durée indéterminée à temps plein. Les jeunes « font office de variable d’ajustement d’un marché du travail dualisé », constatent les auteurs.

L’étude de France Stratégie met l’accent sur le fait que « les politiques publiques n’ont qu’imparfaitement intégré l’émergence du “nouvel âge de la vie” que constitue la jeunesse »« Le renforcement des protections traditionnelles (…) a laissé de côté un nombre croissant de jeunes en situation précaire sur le marché du travail, voire en “galère”, poursuit-elle. Mal pris en charge par un système fondé sur une double assise familiale et professionnelle, les jeunes sont écartés de la protection sociale de droit commun. »

« On n’a pas couvert les nouveaux risques associés à la transition vers l’âge adulte », insiste Marine Boisson-Cohen, l’une des deux auteurs de la note. Cette dégradation de la situation relative des jeunes s’expliquant à la fois par des mutations et des chocs économiques et par l’effet des politiques publiques. Le modèle français, plus que d’autres, tendrait à limiter les inégalités de revenu mais en laissant prospérer des inégalités d’accès à l’emploi, à l’assurance contre la perte de revenu, au logement et au crédit.

Les politiques publiques favorisent les plus vieux

Taxer les plus vieux et les plus aisés

France Stratégie met en cause « l’inertie d’un modèle social centré sur la couverture de risques concernant principalement les plus âgés ». Et s’interroge : est-ce que ces arbitrages ne pourraient pas « s’expliquer par un problème de représentation et de prise en compte des intérêts de la jeunesse, lié à la participation électorale et à l’âge des élus et des électeurs » ? Une question des plus sensibles.

François Hollande, avait basé une grande partie de sa campagne présidentielle sur la priorité donnée aux jeunes. Force est de constater que, sur le plan des politiques publiques, il n’y a pas eu, fondamentalement, de changement de paradigme.

Pour poser les enjeux de la décennie à venir, France Stratégie soulève trois approches.

- Quels principes de justice ? « L’approche intergénérationnelle ne doit pas occulter le maintien d’inégalités fortes au sein des classes d’âge. C’est vrai pour les retraités, mais plus encore pour les jeunes, notent les auteurs. Ce qui suscite une interrogation : l’effort de rééquilibrage doit-il porter sur les jeunes pris dans leur ensemble ou sur ceux qui sont issus d’un milieu social défavorisé ou sont privés de soutien parental ? »

- Quel ciblage ? Faut-il privilégier des dispositifs ciblés sur les jeunes ou viser leur accès aux politiques de droit commun ?

- Dans l’hypothèse d’un rééquilibrage des transferts publics des âgés vers les jeunes et les actifs, quels leviers et, notamment, quel financement ? « Une plus grande mise à contribution des plus âgés peut passer par une réduction des différences de taxation selon l’âge dans le système actuel sans en modifier la structure », peut-on lire dans la note.

En clair, il faudrait réduire, voire supprimer, les modulations de taux de CSG qui pèsent sur les revenus salariaux et les pensions. Ils évoquent aussi « une réforme plus profonde visant à transférer le financement des dépenses sociales du travail vers d’autres assiettes détenues par les plus âgés (ensemble des revenus, patrimoines) ». En effet, on observe non seulement une concentration de plus en plus forte du patrimoine et des revenus financiers chez les plus âgés mais, parmi ceux-ci, une tendance à la concentration parmi les plus aisés.

Bref, France Stratégie suggère ni plus ni moins de taxer les plus vieux et les plus aisés pour aider les plus jeunes et les plus défavorisés. Pas sûr que les candidats se bousculent au portillon pour en faire leur programme de campagne.

 Patrick Roger 
Journaliste au MONDE | 31.03.2016

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2016/03/31/les-politiques-publiques-ont-oublie-les-jeunes_4892740_823448.html#OOeVpkCMeLBDz20y.99

Commenter cet article