L’engagement bénévole associatif résiste

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Nouvelle enquête France Bénévolat sur l’évolution de l’engagement bénévole associatif, en France, de 2010 à 2016

L’enquête France Bénévolat*, menée tous les 3 ans depuis 2010, est une enquête quantitative sur la situation du bénévolat associatif en France (hors DOM-TOM) sur la base d’un sondage effectué par l’IFOP auprès d’un échantillon représentatif de plus de 3 000 français de 15 ans et +.

Cette étude a été soutenue et accompagnée par le Crédit Mutuel et Recherches & Solidarités.

Sur l’ensemble de ces six années :

> C’est le bénévolat associatif qui résiste le mieux avec une progression de +16,8% !

> C’est chez les moins de 35 ans que la progression a été la plus élevée avec + 33%.

> Le pourcentage de personnes qui ont quitté les associations par déception (ou en raison 
de  résultats décevants) a diminué entre 2010 et 2016 (baisse de 6 points en 6 ans). Ceci signifie que l’image globale des associations continue à s’améliorer. France Bénévolat ne peut évidemment que se réjouir de cette évolution, compte tenu de ses messages récurrents et de ses actions sur l’absolue nécessité de mieux animer et valoriser les bénévoles.

> Le bénévolat direct tend à diminuer. Est-ce un retour "vers la nécessité de faire collectif" ?

> Le bénévolat régulier se maintient et même progresse légèrement entre 2013 et 2016, après une baisse constatée en 2013.

> Un point noir : la diminution de l’engagement des seniors.

Retrouvez l’enquête complète, ici : http://www.francebenevolat.org/actualite/359

*Cette étude a été menée dans le cadre de l’OMCAWI, l’enquête multi-clients de l’IFOP, réalisée chaque semaine en ligne et auto-administrée auprès d’un échantillon national représentatif d’individus âgés de 15 ans et plus. L’échantillon a été structuré selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage et région).
Les informations ont été recueillies, fin janvier 2016, auprès d’un échantillon de 3 156 personnes âgées de  15 ans et plus (2107 en 2010, 2130 en 2013).

L’engagement bénévole associatif résiste

Et voici  le point final du rapport, pour vous donner une illustration :

..........................

14. Conclusions sous forme d’enseignements majeurs

1)  Le bénévolat associatif continue à augmenter en valeur absolue et en taux d’engagement des français de 15 ans et +. C’est par le biais d’abord des âges intermédiaires (35/65 ans) et un peu moins par les jeunes que cette progression s’explique. Toutefois, après une forte hausse de 2010 à 2013, le bénévolat global marque un peu le pas.

2)  Après une très forte progression entre 2010 et 2013, le bénévolat direct tend à diminuer. Est-ce le retour d’une perception de nos concitoyens que pour être efficace dans la durée, il faut « faire collectif » ?

3)  Le pourcentage de personnes qui ont quitté les associations par déception ou en raison de résultats décevants a diminué entre 2010 et 2016 (baisse de 6 points en 6 ans). Ceci veut dire que l’image globale des associations continue à s’améliorer. Le rééquilibrage entre bénévolat associatif et bénévolat hors associations est peut-être explicable, au moins partiellement, par cela. France Bénévolat ne peut évidemment que se réjouir de cette évolution, compte tenu de ses messages récurrents et de ses actions sur l’absolue nécessité de mieux animer et gérer les bénévoles.

4)  Le bénévolat régulier « tient bon » et même progresse légèrement entre 2013 et 2016, après une baisse constatée en 2013. Autre raison de se réjouir !

5)  Les réserves de personnes qui ne font pas de bénévolat, mais qui potentiellement accepteraient d’en faire, ainsi que celles qui n’en font plus mais qui pourraient y revenir, restent importantes. C’est d’abord par des sollicitations de proximité que l’on peut faire basculer ces hésitants (Le « J’ai besoin de toi ! » ou « les bénévoles contagieux », chers à France Bénévolat).

6)  Point noir : la diminution de l’engagement des seniors. La moindre croissance constatée de 2010 à 2013, se situe maintenant sur le registre de la diminution en valeur absolue et en taux d’engagement. Même si nous avons affiné l’analyse des causes, France Bénévolat ne peut pas en rester à une attitude de fatalité. Des prises de conscience et des actions collectives s’imposent ! 

 

Commenter cet article