« Et si on refaisait une petite danse » par le Oufs

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Les vieux mènent la danse le 1° mai à 14 h 30 dans le cadre du festival  

" SI LOIN SI PROCHES" à l'Antre-loup, près de Pithiviers

Les Oufs, c'est le défi relevé par 6 seniors danseurs interprètes en 2003 de la pièce « Trois Générations » création du chorégraphe Jean Claude Gallotta : 10 ans plus tard, les Séniors, ont eu l'envie de créer une nouvelle partition et de tenter l'expérience d'une écriture chorégraphique à 6 voix, 12 pieds...
Ces six-là ont bien sûr la limite de leur corps, mais une limite synonyme aussi de liberté : faire ce que l'on est à l'instant où l'on est. C'est aussi un corps qui parle, un corps qui raconte et qui se raconte, un corps porteur de leurs émotions, de leurs envies, de leurs plaisirs.
Ensemble, ils reprennent une petite danse, danse commune, danse de la vie, de l'amour certainement et de l'humour aussi.

Françoise Bal Goetz, professeur de danse, danseuse, ,Mirjam Berns, chorégraphe, danseuse, Christophe Delachaux, comédien, danseur, Martin Kravitz, chorégraphe, danseur, Anne Marie Moenne Loccoz, professeur de danse, danseuse, Colette Priou, chorégraphe, danseuse : 

10 ans  après tous ont répondu à l'appel !

Si aujourd’hui le projet s’est réalisé, l’aventure a demandé deux ans de préparation avec tout ce que renferme d’inconnues une création collective.

A quoi tient cette réussite ? : Une rencontre en 2003 autour d’une très belle pièce. 

Une amitié qui s’est développée et consolidée pendant 10 ans, malgré les changements de route et l’éloignement des uns et des autres, trois vivent à Grenoble, deux à Paris, une au Vénézuela ! Pas évident pour construire une chorégraphie collective.

Une volonté partagée d’aller jusqu’au bout de ce défi, une création collective demande beaucoup d’écoute et de respect, beaucoup d’engagement et d’imagination pour régler tous les problèmes qui se présentent :

Le temps, les moyens, les lieux, sans oublier le corps….Le temps : créer à 6 implique de se réunir donc de débloquer des disponibilités à l’intérieur des ses propres occupations et de les assumer ; Le plaisir et l’envie sont forcément les moteurs de cette mise en place.

Les finances : comme toujours le nerf de la guerre ; chacun devra bien souvent engager ses propres fonds et abandonner une partie de ses ressources pour mettre en commun tous les moyens matériels nécessaires. Enfin, trouver et convaincre les lieux susceptibles d’accueillir  notre création et nous permettre de se produire…

Et, sans oublier pour chacun d’entre nous la nécessité de se confronter à nos nouvelles (différentes) capacités physiques : 10 ans de plus, d’autres limites, une recherche plus personnelle de s’exprimer et  de danser avec de nouvelles contraintes.

Mais quelle belle expérience riche de tous ces efforts, de tout ce travail !

Aujourd’hui, Pari Gagné, « Vous reprendrez bien une petite danse » existe et se joue..

Les Oufs ont joué à Aubenas, à Grenoble, en Bourgogne, au Sax d’Achères en banlieue parisienne, et maintenant le 1° mai à Phitiviers le Vieil dans le cadre du festival « si loin, si proches »…..

Quatre mots, pour qualifier cette réussite : AMITIÉ, PARTAGE, ENGAGEMENT, ENERGIE !

 

"Ils ont bien sûr la limite de leur corps, mais une limite synonyme aussi de liberté: faire ce que l’on est à l’instant où l’on est.

Avoir la chance de ne rien avoir à prouver, juste ressentir le moment avec le corps et l’esprit.

Un corps qui parle, un corps qui raconte et qui se raconte.

Un corps porteur de leurs émotions de leurs envies, de leur plaisir.

Et c’est bien ce qui fait transpirer le plateau le plaisir d’être.

Dix ans déjà que Jean Claude Gallotta les a réunis.

  • Ensemble ils reprennent une petite danse , danse commune, danse de la vie, de l’amour certainement et de l’humour aussi.

 Pari gagné ! : le spectacle se joue

ne ratez pas cela, c'est génial…voyez ce qu'on en disait à Grenoble : http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenoble/les-oufs-ces-vieux-qui-dansent-grenoble-738039.html

Et si on se refaisait une petite danse, à la scène Faramine en Bourgogne, été 2015

Et si on se refaisait une petite danse, à la scène Faramine en Bourgogne, été 2015

dans le cadre du Festival 

         SI LOIN SI PROCHES

                          Regards Croisés Arts et Solidarités

web-si-loin-si-proche-A6
 
 
 
 
Samedi 30 avril
 
Dimanche 1er mai 2016
 
 
 
2 jours de spectacles, rencontres, concerts, ateliers
 
proposés par

 

 

 

retrouvez tout le programme : http://www.antre-loup.com/index.php/le-festival

mais ne ratez pas les Oufs

L’Antre Loup est à la fois un lieu, un projet  : 

- Accueil d’artistes en résidences 

- Projet de transmission, de lien social artistique et d’action culturelle de territoire 

- Entremetteur d’échanges entre artistes résidents, habitants, publics, sur site ou hors-les-murs 

- Equipe professionnelle et bénévole orchestrant ces rencontres et croisements d’univers, 

situé au coeur du hameau de Gourvilliers, à Pithiviers-le-Vieil dans le Loiret : 2 min de Pithiviers, 35 min d’Orléans, 1h20 de Paris. 

On trouve cette fermette ancienne aux volets rouges au croisements des territoires de la Beauce, du Gâtinais et de la Forêt d’Orléans et sous la bienveillance de ses arbres et de sa verdure...

Publié dans Culture

Commenter cet article