Vieillesse et Ruralité : La double peine ? NOUVEAUX DÉFIS, RÉPONSES NOUVELLES

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Vieillesse et Ruralité : La double peine ? NOUVEAUX DÉFIS, RÉPONSES NOUVELLES

RURALITÉ & VIEILLESSE LA DOUBLE PEINE ?

NOUVEAUX DÉFIS, RÉPONSES NOUVELLES

Assises nationales de Gérontologie, 21 OCTOBRE 2015 au CONSEIL ÉCONOMIQUE SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL / 9, Place d'Iéna 75016 Paris

Organisées par la Revue Gérontologie & l'association Pour que L'esprit Vive

Sous le haut patronage de Jean-Paul Delevoye (président du CESE)
& avec l'intervention de Luc Ferry

Ces assises seront une plateforme d'échanges et de réflexions sur la situation et les difficultés des différentes populations âgées vivant en milieu rural, notamment en ce qui concerne leur santé, leurs conditions de vie matérielles, relationnelles et culturelles.
Une attention particulière sera apportée aux solutions pratiques et réalistes qui peuvent être proposées.
Ces Assises sont ouvertes à tous les professionnels et chercheurs des secteurs et disciplines concernés, aux institutions et aux organismes opérant dans le monde rural, aux associations agissant en faveur des personnes âgées, aux responsables administratifs et politiques.
L'objectif de ces Assises est de concourir à un aménagement sociétal du territoire qui rétablisse pour les populations âgées rurales une place et un rôle et qui assure leur bien-être dans leur milieu.

 

Même si le titre vous fait réagir, incrivez vous, le sujet est rarement traité.

Or Gris et la Fondation de France y font une intervention commune  : 

"Les personnes âgées actrices du développement des territoires ruraux"

Parallélement, Or gris présentera l'association : "Or Gris, seniors acteurs de territoires, dans une société pour tous les âges…", avec la présentation de l'initiative : Habitat et services en Pays Midi Quercy, entre acteurs et la banque de données que constitue le blog : or-gris.over-blog.fr

 

Vieillesse et Ruralité : La double peine ? NOUVEAUX DÉFIS, RÉPONSES NOUVELLES

Le lendemain, Or Gris vous invite à des rencontres ouvertes sur "projets et prospectives Or gris" jeudi 22 octobre de 10h 30 à 16h 30, à la Fondation pour le Progrès de l'Homme, 38 rue Saint Sabin Paris 11 ° : retenez la date…(on peut apporter son manger, on partagera…)

Invitations et informations complémentaires suivent.

_________________________________________________________________________

PROGRAMME du colloque Vieillesse et ruralité : 

13H00 ACCUEIL

/// Ouverture : Conseil Economique, Social et Environnemental

/// Vivre vieux en  zone rurale : un défi ? - Robert Moulias

Le  progrès  de  la longévité  touche   la campagne comme  la ville,  mais  la notion  de  proximité  a  changé.  Ne  plus  pouvoir  conduire,  ne  pas  avoir accès à l’informatique sont  devenus  de nouveaux  handicaps  frappant  plus particulièrement les aînés en zone rurale. L’accès aux services, à la vie sociale, aux  soins  compétents  peut  devenir  problématique,  voire  compromis   ou demain  impossible. Ces difficultés des zones rurales éloignées  des villes ou désertées par les actifs sont amplifiées par le départ  des jeunes et le retour ou l’arrivée de retraités. Le but de ces Assises est de montrer que des solutions sont possibles.

/// Ruralité,  isolement physique, solitude morale  - Michel Billé Comment   suppléer   aux  disparitions   de  services,  comment  maintenir   et organiser les réseaux  professionnels et relationnels nécessaires ?

ATELIER 1

/// Mouvements de populations, précarisation et vieillissement en zone rurale - Introduction : Serge Guerin

Dans les campagnes éloignées,  le départ  des  jeunes  qualifiés,  la venue  de retraités augmentent le vieillissement relatif des campagnes. Près des villes, les villages deviennent des cités-dortoirs de jeunes qui travaillent ailleurs : cette population nouvelle  n’est que juxtaposée à la population locale vieillissante. Comment restaurer une vie inter-générationnelle sous une autre vision que l’assistance passive ? Agriculteurs et artisans retraités ont peu cotisé et souvent  leurs épouses  pas du tout. Pour nombre  d’entre eux, retraite  et vieillesse signifient pauvreté : le veuvage devient misère. Les distances alourdissent  les prix pour les vieux consommateurs et les coûts pour les services. Chaque nouvelle norme accroît les coûts et donc la pauvreté relative. Restaurer une vie économique restaurerait une vie sociale ?

ATELIER 2

/// Accéder à la vie sociale en milieu rural

- Introduction : Michel Billé

- La majorité des aînés ruraux vit en situation de d'indépendance. Toutefois, l’isolement    physique  et  la solitude  morale  sont  les premiers  facteurs  de «fragilité». Comment  maintenir,  rétablir  ou  créer  une  vie  sociale    active, condition principale d’un «vieillissement réussi» ?

- Quelles initiatives peuvent lancer les aînés eux-mêmes ? Leur place  croissante  dans  la vie sociale  rurale  peut-elle  être  une  source d’optimisme ? Comment  éviter le confinement au domicile – toujours pathogène – de celui qui ne conduit plus et marche mal ?

  • Ne pas avoir accès à l’informatique (technopénie) devient un obstacle à l’accès aux services et aggrave la solitude en limitant l’usage des possibilités nouvelles de communications. Les initiatives visant à désenclaver  les populations sans accès aux technologies sont à développer voire à systématiser  pour limiter la fracture numérique

ATELIER 3

/// Vivre vieux et dépendant  en zone rurale

- Introduction : Emmanuel Vigneron

- Le manque de médecins généralistes devient critique en zone rurale. Se pose aussi la question  de  l’accès à l’évaluation gérontologique pluridisciplinaire ambulatoire, premier  outil de  prévention de  la dépendance et qui permet d’éviter les coûteux  déplacements multiples. La télémédecine, outil de désenclavement qui ne  pourra  pas  totalement remplacer  l’examen par  un professionnel compétent, offre des possibilités encore très sous-utilisées et se heurte à des obstacles administratifs.

- Les  situations  de  dépendance se  heurtent à  plusieurs  dilemmes  :  faut- il seulement venir assister à domicile (quitte  à accroître isolement  et confinement) ou faut-il d’abord aider à sortir de chez soi pour rétablir un lien social ? Comment passer d’une assistance purement passive au maintien d’un rôle social ?

En cas d’entrée en institution, faut-il se rapprocher géographiquement d’un de ses enfants ? Comment concilier compétences et limitations des ressources ?

ATELIER 4

/// Initiatives et innovations - Fehap : Adeline Leberche

Présentation de solutions et initiatives locales, individuelles ou institutionnelles.

C'est dans cet atelier qu'intervient Or Gris, avec la Fondation de France

15 h PAUSE

15 h 30 -17 h 45  : SESSION PLEINIÈRE

/// Compte-rendu des ateliers par les rapporteurs

16H00 - POINT DE VUE

/// Le point de vue du philosophe - Luc Ferry

16H30 - TABLE RONDE ET DÉBATS

/// Clés pour une vie sociale active en zones rurales

  • Débats animés par Pascal Champvert,
  • Christian Hervé : Ethicien, Marie-Eve Joël : Economist, Pierre Lutzler : Gériatre, Vincent Rialle : Technologue, Emmanuel Vigneron : Géographe

17H30 - CONCLUSIONS

/// Messages à ramener  chez soi : Vers des «Campagnes amies des aînés» ? - Vanik Berberian - Florence Leduc

17 h 45 - COCKTAIL

 

Publié dans Or Gris

Commenter cet article