Age limite et élections : la honte de la discrimination, Tribune libre de l'AD-PA

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Un récent rapport présenté par l’organisme France Stratégie au ministre de la Ville Patrick Kanner, préconise l’interdiction de se présenter à une élection au-delà de 70 ans, et ce, afin de rajeunir la politique… Naturellement, les réactions n’ont pas tardé à fuser. De la part des politiques en premier, mais doit-on rappeler que la discrimination par l’âge, l’âgisme, est une discrimination qui doit être combattue selon les textes officiels européens et français, au même titre que le racisme, l’antisémitisme, le sexisme ou l’homophobie ?

Le problème de l’âgisme est que cette discrimination est tellement répandue dans l’ensemble de la société, qu’elle n’est pas reconnue comme telle, car il est de bon ton de surfer dessus : il est même poli de dire à un ami qu’il fait jeune à 75 ans comme si pour être accepté un noir devait faire « blanc », un juif devrait faire « chrétien » ou une femme être virile !
Interdire à un homme ou une femme de plus de 70 ans quelque action publique est un scandale, et ne règle en rien les vraies questions de cumul des mandats ou de renouvellement de la classe politique.
Et cela sert encore moins la cause des jeunes. Donner aux jeunes la place qu’ils méritent dans une démocratie cela se fait en réunissant jeunes et moins jeunes, en rassemblant les composantes de la Nation et en rassurant les jeunes sur leur avenir qui est….d’être vieux !

Quelques réactions d’hommes politiques de droite et de gauche

Bernard Debré, député Les Républicains de Paris (70 ans) : il s’insurge contre « un déni de démocratie », estimant que « ce sont aux électeurs de choisir » qui ils élisent.
Michèle Delaunay, députée PS et ancienne ministre (68 ans) : « interdire à un citoyen de plus de 70 ans de se présenter aux élections ce serait comme l’avoir interdit aux plus de 50 ans en 1945 ».
Jérôme Guedj (43 ans), député PS de l’Essonne : « une vraie discrimination, de l’âgisme. Et après ? Un âge limite pour conduire, voter… ? ».
« Il faut lutter contre l’idée d’une professionnalisation de la politique », estime Beligh Nabli, l’un des auteurs du rapport de l’organisme de réflexions France stratégie, qui préconise de limiter à 70 ans l’âge d’un candidat à une élection et de ne pas cumuler les mandats dans le temps. En tout 25 propositions ont été formulées pour encourager les jeunes à s’engager en politique et le débat sur le droit de vote dès 16 ans est relancé...

Publié le Mercredi 24 Juin 2015, par Senioractus

http://www.senioractu.com/Age-limite-et-elections-la-honte-de-la-discrimination-Tribune-libre-de-l-AD-PA_a18087.html

______________________________________________________________________________________

Michèle Delaunay a déclaré : 

"Limiter le nombre des mandats à 3 mandats successifs identiques, voilà une proposition que je porte depuis des années et que je soutiens complètement. Au contraire, exclure de la possibilité de se présenter un candidat de 70 ans ou plus est une erreur qui ne tient aucunement compte de l'allongement de la durée de vie et de la meilleure santé globale des âgés. Ce serait comme au milieu du siècle dernier interdire à une personne de plus de 50 ans d'exercer un mandat. Dans la période actuelle, c'est aussi fermer la porte aux "boomers" qui sont au nombre de 16 à 18 millions et qui ont un rôle majeur dans notre société. Il faut que leurs voix puissent être portées et pour ma part, si une personne homme ou femme a l'énergie de mener campagne et de convaincre les électeurs, je ne vois pas la raison pour laquelle elle en serait écartée si ce n'est pas les électeurs eux-mêmes. Dans la même logique, va t-on interdire à toute personne ayant atteint 70 ans de se présenter à la présidence de la République ?"

Commenter cet article

ROGER 08/07/2015 00:05

Je rejoins le commentaire de Mme DELAUNAY.

Il me semble qu'il serait plus approprié de s'attaquer aux politiques qui cumulent des mandats. Je souhaite qu'au delà de deux mandats successifs, l'élu laisse sa place et retrouve le chemin du travail comme nombreux chômeurs. Je suis contre la professionnalisation politique des élus qui nous gouvernent depuis très longtemps:gauche - droite confondue. Au-delà de deux mandats ils sont collés à leur mouvement et n'écoutent plus les gens de terrain ou associations qui tous les jours effectuent un travail énorme mais qui ne trouvent pas l'écoute tant attendue. Que cette demande soit entendue.