Papi : le domicile partagé pour personnes âgées cohabite avec d'autres activités-Bretagne-56-

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Papi : le domicile partagé pour personnes âgées cohabite avec d'autres activités-Bretagne-56-(suite)

Durant l’été 2013, Silfiac, commune de 460 habitants, a ouvert un pôle d’accueil de proximité intergénérationnel (Papi). Domicile partagé pour personnes âgées, gardes d’enfants et activités associatives y ont trouvé leur place.

À Silfiac, petite commune du Morbihan, il fallait trouver des solutions pour maintenir les personnes âgées dans leur milieu de vie, renforcer les solutions de garde d’enfants et soutenir le tissu associatif. L’idée de réunir ces activités en un seul lieu était envisagée dès 2008. Il a mûri dans le cadre de l’élaboration du schéma directeur d’aménagement et d’éco-développement du bourg et de ses abords, selon une démarche approche environnementale de l’urbanisme (AEU), avec une forte participation des habitants via des ateliers, des temps festifs et informels. Les études ont débuté en 2009.

     Trait d’union entre l’ancien centre et le nouveau lotissement

Les deux bâtiments du Papi ont été construits sur un terrain communal de 4.500 m2 situé entre la partie plus ancienne et commerçante du bourg et un éco-lotissement plus récent, aménagé un peu à l’écart. Il joue ainsi un rôle de trait d’union entre ces deux secteurs de la commune.

La maîtrise d’ouvrage et l’investissement pour la construction des bâtiments ont été portés par la commune et un bailleur social qui se partagent la propriété des lieux (voir encadré),

   Domicile partagé pour personnes âgés, sur un mode de fonctionnement original

L’un des bâtiments comprend au rez-de-chaussée un "domicile partagé" conçu pour huit personnes âgées désorientées. Ces locaux appartiennent au bailleur social qui les loue au CCAS de la commune. Celui-ci en assure la gestion et le sous-loue aux résidents, qui vivent "comme dans une colocation" avec en plus des services mutualisés. Les personnes âgées disposent en effet chacune d’une chambre et d’un coin toilette, et partagent des espaces communs : cuisine, salle à manger, lingerie, salle de vie, jardin.

Sept assistantes de vie y travaillent par roulement 24 heures sur 24. Elles sont recrutées et gérées par le comité de liaison des associations de retraités et personnes âgées (Clarpa) du Morbihan, via une convention signée entre les personnes âgées et l’association. Elles sont payées directement par les résidents (ou leur tuteur légal). Ce domicile partagé n’est pas une structure médicalisée : les résidents continuent chacun d’utiliser les services de leur médecin, kinésithérapeute ou infirmier habituel.

   Maison des assistantes maternelles à l’étage

Toujours dans ce même bâtiment, mais à l’étage, la municipalité a aménagé une maison des assistantes maternelles (Mam), accessible aux personnes à mobilité réduite. Cette structure, dimensionnée pour garder 9 à 12 enfants, est louée par la mairie à des assistantes maternelles qui ont constitué une association dans ce but. Ce lieu leur permet de travailler hors de leur domicile dans des conditions répondant aux normes actuelles en matière d’accueil d’enfants, et de mutualiser moyens et animations.

   Salle d’animation et théâtre de verdure tout proche

Le second bâtiment comprend une salle d’animation qui accueille les activités associatives et communales, ainsi qu’un vestiaire pour les activités sportives se déroulant à proximité.

Une aire multisport et un théâtre de verdure ont en effet été aménagés à proximité du Papi pour favoriser les rencontres intergénérationnelles. Le maire, Serge Moëlo, se félicite des partenariats qui ont permis de réaliser un tel équipement, innovant par son fonctionnement et sa conception écologique. (voir encadré)

   Montage du dossier et appuis techniques

L’investissement total pour les deux bâtiments s’est élevé à 1,5 million d’euros (hors panneaux solaires). La maîtrise d’ouvrage du rez-de-chaussée a été portée par le bailleur social qui en est le propriétaire. Le reste appartient à la commune qui a porté les travaux et investi 850.000 euros. Elle a été soutenue à hauteur de 70% par l’État, le conseil général du Morbihan, la région Bretagne, l’Ademe Bretagne, Pontivy Communauté, l’Europe et la fondation Macif.

Le projet a été lauréat de l'appel à projets Photovoltaïque, de l'appel à projets BBC/Prebat, de l'appel à projets "Pôle d'excellence rurale" et de l'Eco-Faur². Il a bénéficié de nombreux appuis techniques aussi bien pour la conception que pour les performances énergétiques (Ademe, CAF, Udaf, CAUE, association des communes durables de Bretagne Bruded... ).

_______________________________________________________________________________________

Bâtiments en éco-matériaux

Les deux bâtiments ont été conçus en éco-matériaux : briques monomur, bois, ouate de cellulose, paille, panneaux solaires photovoltaïques et thermiques. La chaudière, alimentée par des granulés bois, est prévue pour chauffer également d’autres bâtiments communaux. 

La salle d’animation a été construite en paille et ossature bois. Elle a été équipée d’un important dispositif métrologique qui permet un suivi permanent des consommations et performances thermiques par le centre d’études techniques de l’équipement (Cete) de l’Ouest.

_______________________________________________________________________________________

Lucile Vilboux/magazine Village-L’Acteur Rural publié le 26 janvier 2015 dans la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Cet article complète l'info Or Gris : http://www.or-gris.org/article-silfiac-resister-a-l-individualisme-avec-papi-le-pole-d-accueil-de-proximite-intergenerationnel-123710841.html

Voir le film coréalisé par le CAUE 56 et BRUDED : http://www.bruded.org/papi-le-pole-daccueil-de-proximite-intergenerationnel-a-silfiac-56.html

CONTACTS

Commune de Silfiac ; Rue Paul Le Bourlay  ; 56480 Silfiac ; mairie-silfiac@wanadoo.fr

Serge Moëlo ; Maire

Commenter cet article