Connectés à tous les âges : la vie numérique de trois générations

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

 

Connectés à tous les âges : la vie numérique de trois générations

lls ont à peine deux ans et savent déjà ce qu'est un smartphone, ils communiquent aussi par Skype. Ils ont plus de nonante ans et ont pris le train en marche, ils peuvent passer des heures à jouer en réseau. Entre les deux, ils n'ont pas coupé le fil et sont bien connectés. Petite immersion dans la vie numérique de trois générations.

Léon a 91 ans et depuis un an, il joue en réseau. C'est son kiné, François Denoël, qui l'a branché sur un jeu en ligne : "Un jour, je l'ai surpris à jouer au poker et je n'aimais pas trop l'idée de l'addiction; l'argent pour jouer, je me méfiais de cela. Je lui ai suggéré un jeu en réseau qui peut prendre éventuellement beaucoup de temps mais qui ne coûte presque rien". Aujourd'hui, Léon s'est un peu calmé mais il y a un an d'ici, il jouait plus de six heures par jour et se réveillait deux fois par nuit pour récolter "ses ressources". A l'époque, il avait 80 villes à gérer: "ça devient fatigant; maintenant, si je perds une ville, je ne suis pas rancunier; c'est un jeu, un plaisir".

Tout en faisant ses exercices de rééducation, Léon discute stratégie avec son kiné. Ce dernier prend soin de la santé physique de ses patients mais aussi de leur bien-être quotidien : "Monsieur est âgé, il vit seul et souffre parfois d'isolement même s'il a des contacts avec son fils, cela reste pauvre comme relations sociales; donc, l'ordinateur permet de maintenir de la communication". Léon dispose aussi d'une tablette mais pas assez performante à son goût. Il aimerait pouvoir y installer son jeu car sur sa tablette, il pourrait recevoir les alertes lorsqu'un ennemi l'attaque! Quand on demande à Léon ce qui se passerait si on supprimait internet, il répond: "hum, ça n'irait pas... je devrais aller chez les petits vieux". Et à 91 ans, Léon n'est pas un petit vieux, il reste connecté.

      La tablette à la maternelle

Connectés, les enfants le sont déjà et de plus en plus tôt. Quand on demande aux petits élèves de troisième maternelle de l'école communale de Houyet, qui possède une tablette, quasi tous les doigts se lèvent. Et que font-ils? Ils jouent. Dans leur école, la direction a décidé de vivre avec son temps. Le matin, l'institutrice Aurélie Jadoul propose, à côté des ateliers plus traditionnels de dessin ou collage, un coin tablette.  On se bouscule pour y aller. On apprend avec son doigt à écrire des chiffres et des lettres.

Aurélie est enthousiaste mais critique quant aux applications pédagogiques que l'on propose sur le marché: "Il faudrait qu'on puisse créer nous-mêmes nos applications parce que ça ne va jamais au bout des choses. Les applications sont gratuites mais on n'a jamais ce qu'on veut avoir". Ces petits élèves se familiarisent aussi à la prise de vue. L'objectif final: filmer des expériences réalisées en classe et les poster sur le site de leur école pour les partager avec d'autres élèves, enseignements; partager les outils, les savoirs, une belle philosophie pour l'école de demain.

Eric Dessy, le directeur de l'école, sensibilise aussi les parents à l'usage abusif des écrans, les jeux vidéo essentiellement, sur le comportement des élèves. Déjà en maternelle, ils repèrent les grands consommateurs de jeux par des attitudes agressives lors des récréations.

    Un papa bien connecté

Théo a quatre et, depuis un an, il manipule avec aisance la tablette. Sa maman, Aude Comblez, est vigilante: "On essaie un maximum de lui donner la tablette le moins possible parce qu'il faut qu'il garde un lien avec nous et avec ses petits copains, il faut qu'il continue à jouer à des jeux traditionnels". Il faut dire que le papa de Théo, Arnaud Gobin, est hyper-connecté. Il passe quatre heures par jour dans les transports en commun relié à son smartphone professionnel et privé. Sur son téléphone particulier, il joue, s'informe et règle par exemple la température de sa maison. Son plus grand stress : tomber en panne de batterie.

Arnaud est perpétuellement connecté. Il rentre dans sa cuisine, branche sa tablette pour choisir la musique diffusée dans chaque pièce de la maison. Il prépare le repas en faisant défiler les sites d'infos qu'il commente devant son épouse connectée, elle aussi, sur leur Facebook commun. Ce jour-là, ils préparaient leurs vacances. Chacun a ses critères de sélection: Aude choisit une destination au soleil, Arnaud, lui, s'assure qu'il y aura du wifi dans sa chambre d'hôtel. La soirée se passe théoriquement derrière le petit écran. Aude essaie de suivre tant bien que mal le film, distraite par son mari qui a un œil rivé sur la télé et un autre sur son smartphone; restons connectés, on ne sait jamais...

Dominique Burge

Publié sur RTBF.be Info le 9 avril 2015

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_connectes-a-tous-les-ages-la-vie-numerique-de-trois-generations?id=8935216

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article