A Lisbonne, une bande de mamies explore le street art

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

A Lisbonne, une bande de mamies explore le street art

A Lisbonne, une bande de mamies explore le street art

L’association Lata 65 forme des grands-mères au graffiti. Elles se débrouillent maintenant comme des reines.

L’idée folle vient de Lara Seixo Rodrigues et Fernando Mendes!

En parallèle de WOOL, un festival portugais d’art de la rue, ils créent des workshops pour personnes âgées. : Sur 5 jours, introduction historique sur le grafitti et son évolution, création de leurs étiquettes, pochoir, et apprentissage de la pulvérisation !

Les techniques et le moyen d’expression qu’offre l’art urbain, sont aussi accessibles pour aux grand-mères. Une bombe aérosol à la main, cela prouve que l’âge n’est qu’un nombre et que l’art n’a pas de frontières!

Et maintenant, à Lisbonne, un groupe de mamies Baptisé Lata 65 (“bombe de peinture” en portugais), habille les murs de la ville et enseigne à de nombreux seniors cet art toujours plus influent.

Le groupe a envahi la capitale portugaise et aurait déjà  partagé son expertise et sa passion pour le street-art à environ 100 seniors. Le site Messy Nessy Chic est à l’origine de la publication de ces photos, une action drôle et touchante des Lata 65.

Une très belle initiative du Lata 65 qui a pour principal objectif de redonner vie aux quartiers délabrés et de rapprocher les jeunes et les seniors grâce à l’art. Une initiative qui, en plus d’embellir certaines rues de la ville et d’offrir une nouvelle activité aux aînés, favorise les relations entre les générations.

Aidé de street-artists qui leur servent de guides, ce gang de mamies crée ses propres pochoirs et n’hésite pas à dispenser des cours à d’autres personnes âgées. Le street-art n’est pas réservé uniquement aux jeunes !

Vous n’avez jamais vu une grand-mère faire du graffiti ? C’est désormais chose faite.

A Lisbonne, une bande de mamies explore le street art

Publié dans Culture

Commenter cet article