Mon âge, ma force

Publié le par Or gris : seniors acteurs des territoires

Mon âge, ma force

Et si l’âge civil n’avait plus guère de sens ? S’il était davantage question d’énergie et de capacité à se réinventer ? Décryptage d’une révolution, entre preuves scientifiques et témoignages de celles qui jouent de leurs années et les vivent comme un champ du possible.

Même pas peur. Jamais. « Quand arrive mon anniversaire, tant que je suis en bonne santé, rien d’autre ne compte. La peur n’a pas sa place. Peur de quoi ? J’ai peur de beaucoup de choses dans la vie, mais certainement pas de vieillir. » Ainsi parle Penélope Cruz. L’actrice travaille depuis qu’elle a 14 ans, et a toujours refusé les questions liées à son âge. Non pas comme un tabou, mais comme un non-sujet. « Un refus des limites que certains voudraient donner aux femmes », ajoute-t-elle (dans une interview à « Porter », automne 2014). A 40 ans, radieuse, l’actrice incarne à sa manière le fait que les généralités liées aux décennies (à 20 ans, le mal-être ; à 30, l’épanouissement ; à 40, la réalisation de soi ; à 50, la stabilité ; à 60, la sérénité…) sont devenues… hors d’âge. La grille d’évaluation est obsolète, et l’âge de l’état civil, une simple balise administrative. …

 …………Pour les scientifiques, la révolution que nous vivons n’a rien d’étonnant. La durée de vie s’allonge. En 2020, 25 % de la population aura plus de 50 ans. Une donne sociologique qui change forcément le regard sur la notion de vieillissement. Les 35-55 ans constituent déjà une population « sans âge ». Des femmes de 45 ans peuvent en paraître dix de moins, alors que l’on pourrait donner à certaines de 30, dix de plus. Question de singularité, d’énergie dégagée, de style, de ressenti intérieur. Pour le docteur Olivier de Ladoucette (1), l’âge administratif n’est plus pertinent, il évoque, lui, un « âge subjectif ». S’il évalue à 30 % la part génétique du vieillissement, il souligne que les 70 % restants sont liés à notre comportement, intégrant des facteurs tels que « l’âge de nos artères, l’âge social et l’âge des désirs ». En clair, une hygiène physique mais surtout, une façon d’être avec les autres et dans sa vie. « Mon âge », le nouveau roman de Fabienne Jacob, n’est qu’une superbe méditation sur cette question. « De même que pour la température, il faudrait inventer le concept d’âge ressenti », suggère l’un de ses personnages. Non, le temps n’existe pas, selon la romancière. Ce qu’elle traque, à travers « le bric-à-brac de la mémoire », à travers certains lieux (forêts, supermarchés…), et certains moments (la nuit), c’est la « non-temporalité ». Car seul existe le temps intérieur, celui qui ne passe pas.

………………

Aujourd’hui, il ne s’agit plus tant de ne pas faire son âge que de l’habiter pleinement, quel qu’il soit. Pour le docteur Frédéric Saldmann (2), qui a développé la notion « d’âge biologique », faire jeune signifierait l’être. Et l’inverse est également vrai. Sachant qu’on peut intervenir sur cet âge biologique en fonction de la vie qu’on mène, du stress ou du plaisir qu’on éprouve, et donc jongler avec les âges, sans que le temps ne soit plus une pente linéaire aux effets inexorables.

Des femmes de la cinquantaine, au naturel, bien dans leur vie et dans leur tête, mais qui n’affichent pas pour autant le sourire creux et stoïque des adeptes de la méthode Coué : Philippe Evenou, dermatologue et photographe, a réuni dans un album (3) des beautés brutes qui l’ont séduit et touché. « Avoir son âge, c’est bien à n’importe quel âge, affirme-t-il. A condition qu’on soit en accord avec soi et ouvert aux autres. Les femmes que j’ai photographiées sont belles tout simplement, et pas “belles pour leur âge”. Elles sont expressives, dans la vie. Toutes les émotions sont là, c’est ce qui fait leur force et leur charme. »

Dans sa pratique de dermatologuePhilippe Evenou voit de plus en plus de femmes qui prennent soin d’elles, non pas pour « faire plus jeune ou pour séduire », mais pour se sentir mieux dans leur peau et dans leur image. Là encore, le discours a changé. Il ne s’agit plus de choisir entre une jeunesse apparente reconquise à grands coups de liftings et d’injections ou se résigner à un naturel subi, mais de choisir ce qui va nous aider à nous sentir mieux. 100 % naturel pour les unes, des petits coups de pouce ou de plus grands pour les autres. A chacune de choisir ce qui va lui rendre la vie plus douce.

Le point commun des femmes bien dans leur âge ? L’énergie. Celle qu’elles dégagent et celle qu’elles dépensent. Une énergie alimentée par le désir de vivre pleinement en sortant des chemins tracés d’avance. Cette vitalité-là, essentielle et très souvent contagieuse, le professeur Michel Lejoyeux (4) la nomme aussi « envie ». « Ce sont nos envies qui nous constituent. Des plus petites aux plus grandes. Envie d’oser, d’expérimenter, de découvrir, de savourer. Toutes les envies sont des moteurs de vie, et celles et ceux qui savent les écouter, les cultiver et les satisfaire sont tout sauf préoccupés par l’âge qu’ils ont – et l’âge qu’ils font. »

   l’avenir est un projet

…………

Plusieurs vies en une seule, voilà à quoi nous avons droit désormais. Avec éventuellement échecs, ruptures, maladies, et… renaissance. Même la ménopause n’est plus le déclin culturellement programmé de la vie (notamment sexuelle) d’une femme. Les thérapeutes le constatent au quotidien. « C’est une vraie nouveauté dans l’histoire des femmes, constate la sexothérapeute Violaine -Gelly (5). Toutes celles que je reçois en consultation savent que la ménopause crée des bouleversements physiologiques et émotionnels, elles sont non seulement déterminées à les surmonter, mais elles comptent bien continuer à vivre ou se donner les moyens de vivre une sexualité intense. Elles aiment ce corps qui leur donne du plaisir et ne passent pas leur temps à guetter les marques de sa dégradation, elles sont donc plus confiantes en elles et plus ouvertes aux autres. »

L’énergie créative aussi fait rayonner, donne l’élan et abolit les frontières générationnelles. Chloé, étudiante à la Fémis, 22 ans, raconte, éblouie, les deux jours de cours donnés par la cinéaste Agnès Varda. « Elle nous a tous bluffés ! Sa vitalité, son originalité, sa générosité, c’était incroyable. Elle nous a captivés, fait rire, touchés. Une vraie jeune fille de 86 ans. Et pourtant elle a des rides, elle n’a pas la silhouette d’un mannequin, elle n’est pas habillée branchée. Je rêve de vieillir jeune comme elle ! »

C’est toute la différence entre tenter de figer le temps pour conserver la jeunesse et la vivre de l’intérieur. Un thème qui est cher à l’Américaine Marianne -Williamson, 62 ans et qui en paraît facilement dix de moins. Dans son livre « L’âge des miracles. Une nouvelle approche de la cinquantaine » (éd. Guy Trédaniel), un best-seller couronné par le « New York Times », on ne trouve ni trucs ni astuces mais une réflexion sur la meilleure façon de vieillir sans vieillir, en commençant par repérer nos croyances personnelles négatives sur l’âge pour mieux s’en affranchir. « Quoi que vous soyez parvenu à accomplir ou non par le passé, le présent demeure une source inépuisable d’opportunités miraculeuses », écrit-elle en préambule.

   La force de la métamorphose

Toutes celles qui rayonnent dans leur âge mettent en pratique cette philosophie de vie. Elles se (ré)inventent dans leur couple, leur travail, leurs passions, leur quotidien. Loin des sentiers balisés, des « c’est trop tôt », « c’est trop tard », « ce n’est plus (ou pas encore) de mon âge »… Et elles se reconnaissent entre elles. D’où ces amitiés transgénérationnelles devenues courantes aujourd’hui. Sans que la maturité soit réservée aux unes, l’audace aux autres. Puisque nous pouvons toutes passer, à 20 comme à 50 ans, dans une même journée, de la femme posée au travail à l’ado qui glousse avec ses copines. Grâce à la plasticité de notre âge mental, une notion qui fait l’objet de plus en plus de travaux en psychologie, selon laquelle nous pourrions désormais vivre tous nos âges intérieurs sans autocensure. Autre bénéfice de l’époque : pouvoir profiter d’une meilleure connaissance de soi que dans les générations précédentes, et mieux se déployer à tout âge, grâce au boom des thérapies et du coaching. Et, enfin, espérer en douce que la science nous aidera à prolonger cet état de grâce. L’année dernière, le célèbre généticien David -Sinclair a mis toute la sphère scientifique en ébullition. Il a fait rajeunir des muscles de souris en utilisant une molécule produite par le corps. Une avancée qui a relancé le fantasme de la jeunesse éternelle et qui montre que, désormais, c’est vers l’ultra-longévité que les scientifiques lorgnent. Et nous avec.

article d'Isabelle Richard paru dans Marie Claire de février 2015

1. Auteur du « Nouveau guide du bien vieillir » (éd. Odile Jacob). 2. Auteur de « La vie et le temps. Les nouveaux boucliers anti-âge » (éd. J’ai Lu). 3. « Natures de femmes » (éd. Gourcuff Gradenigo). 4. Auteur de « Réveillez vos désirs. Vos envies et vos rêves à votre portée » (éd. Plon). 5. www.violainegelly.com.

* « Notre âge n’est pas administratif mais subjectif. Il est dû à 30 % à notre héritage génétique et à 70 % à notre comportement. »

Olivier de Ladoucette, psychiatre et gérontologue

* « Toutes les envies sont des moteurs de vie. Celles qui savent les écouter sont tout sauf préoccupées par l’âge. »

Michel Lejoyeux, professeur de psychiatrie

Mon âge, ma force

Commenter cet article

electricien 25/03/2015 23:46

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Or gris : seniors acteurs des territoires 26/03/2015 09:17

C'est quoi votre blog ?